Manager de l'Année 2017 - Portrait 8/10: Geoffroy Boonen, l'homme qui fait vrombir Procoplast

19/11/17 à 21:59 - Mise à jour à 21:58
Du Trends-Tendances du 16/11/17

Au volant de Procoplast depuis 2005, Geoffroy Boonen a réussi à transformer une entreprise wallonne en difficulté en une machine rentable tournée vers l'exportation et l'industrie 4.0. Et cela, dans un secteur où la concurrence est mondiale : la fabrication de composants pour l'industrie automobile. Sera-t-il élu Manager de l'Année ? Vous pouvez voter ici à partir du 20 novembre.

Manager de l'Année 2017 - Portrait 8/10: Geoffroy Boonen, l'homme qui fait vrombir Procoplast

© Christophe Ketels/Belgaimage

Retrouvez chaque jour sur le site de Trends-Tendances le portrait d'un des 10 nominés au titre de Manager de l'Année 2017

Basée à Lontzen dans la région d'Eupen, Procoplast fabrique des pièces à haute valeur ajoutée pour les constructeurs automobiles : des petits boîtiers en plastique injecté, avec des connexions électriques, qui servent notamment à assurer la sécurité et le confort des voitures (ABS, start-stop, etc.). Ses produits se retrouvent sous le capot de bon nombre de modèles BMW, Mercedes, VW, Nissan ou encore Jaguar. Ses clients ne sont pas directement les constructeurs mais les équipementiers du type Bosch, TRW, Hella, etc.

Après avoir connu des difficultés dans le courant 2008, l'entreprise tourne aujourd'hui à plein régime. Cette année, elle devrait voir " son chiffre d'affaires franchir la barre des 30 millions d'euros ", dixit son CEO Geoffroy Boonen (52 ans), prévoyant une production de 170 millions de pièces, dont plus de 90 % s'exporte à l'étranger. " Sachant que 16 millions de nouveaux véhicules sont produits chaque année en Europe, cela veut dire qu'en moyenne 10 pièces fabriquées par Procoplast équipent chaque nouvelle voiture ", enchaîne le CEO, ingénieur commercial de formation (UCL).

Partager

"En somme, un bon manager, c'est un bon joueur d'équipe."

Depuis qu'il a repris Procoplast en 2005 avec l'aide de Meusinvest, Geoffroy Boonen a mis l'accent sur la fabrication de pièces très techniques, d'une qualité inégalée et produites à des prix ultra-compétitifs sur des lignes entièrement automatisées. Ce virage technologique se traduit non seulement par des ventes qui ont été multipliées par trois en sept ans, mais aussi par un personnel qui a lui doublé sur la même période pour atteindre aujourd'hui 120 personnes. " Procoplast est un bel exemple d'entreprise qui a su s'adapter aux évolutions technologiques pour conserver une activité en Belgique plutôt que de la délocaliser à l'étranger, soutient Geoffroy Boonen. Il faut arrêter de dire que l'automatisation tue l'emploi. C'est justement cela qui nous a permis d'être encore là et de doubler notre personnel en cinq ans. "

Ce redressement spectaculaire n'a pas échappé au groupe américain Methode Electronics, multinationale cotée à la Bourse de New York et employant 7.300 personnes à travers le monde, qui, en juillet dernier, a acquis le petit fleuron des cantons de l'Est pour en faire son centre de production européen. " Cela faisait longtemps que je cherchais à assurer une présence globale à Procoplast et Methode Electronics m'a apporté ce que je cherchais, conclut Geoffroy Boonen. Voir un industriel américain qui veut investir et faire grandir une entreprise en Wallonie, n'est-ce pas inspirant ? "

Pourquoi le jury l'a choisi

Procoplast est une belle réussite wallonne qui s'exporte à l'étranger malgré la concurrence des fabricants des pays de l'Est ou des pays émergents. Après avoir repris l'entreprise en 2005, Geoffroy Boonen l'a relancée en se recentrant sur la fabrication de pièces à haute valeur ajoutée dont la production est complètement automatisée. Un redressement qui se traduit par un chiffre d'affaires en croissance régulière : 26,3 millions d'euros en 2016, contre 23,4 millions en 2015 et 20,6 millions en 2014. Le tout couronné par un résultat net de 1,2 million en 2016.

Le fait marquant de 2017

"Il est triple, répond Geoffroy Boonen. Outre l'inauguration d'une toute nouvelle usine de 9.500 m2 et le fait que nous allons franchir le cap des 30 millions d'euros de chiffre d'affaires, c'est l'intégration au groupe américain Methode Electronics. Une opération importante qui nous donne accès non seulement à de nouveaux clients mais aussi à de nouvelles technologies."

La réalisation dont il est le plus fier

"Procoplast est un bel exemple de ce que permet l'investissement dans le numérique et l'automatisation face à la main-d'oeuvre bon marché des pays émergents, explique Geoffroy Boonen. Exceller dans l'industrie 4.0 est notre cheval de bataille depuis 10 ans."

Le défi qui l'attend en 2018

"C'est de travailler sur le plan d'intégration au sein de Methode Electronics afin de doubler notre chiffre d'affaires d'ici cinq ans", indique Geoffroy Boonen.

Un bon manager, selon lui

"Un bon manager, c'est quelqu'un qui a une vision, qui est à l'écoute et qui sait fédérer les équipes autour de lui, confie le CEO de Procoplast. En somme, c'est un bon joueur d'équipe."

Nos partenaires