Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/09/12 à 10:46 - Mise à jour à 10:46

La baisse des taux d'intérêt, une bonne nouvelle pour votre emprunt hypothécaire

C'est, a priori, une bonne nouvelle, les taux d'intérêt vont rester bas pendant quelques années encore. Si vous comptez vous endetter pour acheter un bien immobilier, voire simplement pour renégocier votre emprunt hypothécaire, vous avez encore le temps et avec un peu de chance, le taux d'intérêt que votre banquier vous proposera sera encore plus faible qu'aujourd'hui.

C'est, a priori, une bonne nouvelle, les taux d'intérêt vont rester bas pendant quelques années encore. Si vous comptez vous endetter pour acheter un bien immobilier, voire simplement pour renégocier votre emprunt hypothécaire, vous avez encore le temps et avec un peu de chance, le taux d'intérêt que votre banquier vous proposera sera encore plus faible qu'aujourd'hui.

Soyons clairs, si je suis aussi affirmatif, c'est parce que j'ai des biscuits. Le premier, c'est que la Banque Centrale américaine a indiqué elle-même qu'elle va garder son taux d'intérêt autour de 0% jusqu'à la mi-2015. Or, ce taux d'intérêt américain influence la plupart des taux d'intérêt de par le monde. Ensuite, même la Banque Centrale européenne va sans doute encore abaisser son taux d'intérêt qui n'est que de 0,75% vers 0,50%, le gouverneur de notre Banque Nationale vient de le confirmer ce lundi encore.

Tous les taux dont je parle sont d'abord et avant tout des taux d'intérêt à court terme. Qu'en est-il alors des taux d'intérêt à long terme, vous demanderez-vous ? Là aussi, un certain nombre de mesures assez techniques prises par ces deux banques centrales vont pousser soit directement, soit indirectement, les taux d'intérêt à long terme vers la baisse. Donc, cela aura une répercussion positive sur votre prêt hypothécaire.

J'ai démarré cette chronique en vous disant que la baisse des taux d'intérêt est - à priori une bonne chose - je dis " a priori" car aujourd'hui, ni les banquiers, ni les assureurs ne savent comment rémunérer leurs épargnants avec des taux aussi bas, vu qu'eux-mêmes doivent replacer l'argent en dépôt dans d'autres actifs plus rémunérateurs mais sans danger. Pour le moment, autant vous le dire, c'est le casse-tête ! Les Etats le savent, ils maintiennent les taux très bas, car ils ont une dette très élevée à rembourser. Celui qui passe donc à la caisse, c'est l'épargnant.

Nos partenaires