Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

23/07/13 à 09:23 - Mise à jour à 09:23

IP tracking : le prix à la tête du client

Imaginez que le prix d'un produit ou d'un service varie à la tête du client ? Et comme nous sommes en période de vacances d'été, imaginez que si au fur et à mesure que vous repassiez devant la vitrine d'une agence de voyage, parce que, par exemple, vous êtes alléché par une promo pour un citytrip, le gérant de l'agence vous reconnaitrez et augmenterait systématiquement le prix du voyage à chacun de vos passages. C'est impossible, direz-vous ? Pas tout à fait, il semble que cela existe sur le sites Internet et notamment les sites de voyages. Cette technique a même un nom, elle s'appelle l'IP tracking !

L'agence d'information Reuters rappelle que c'est une député européenne Françoise Castex, qui la première s'est saisie de ce dossier et a alerté les autorités européennes sur ce sujet. Les sites internet ont en effet les moyens techniques d'enregistrer les adresses IP des visiteurs, il retiennent quelles recherches ont été réalisées depuis chaque adresse IP çàd qu'ils savent grâce à cette adresse IP, quels produits, services ont été regardés, ils savent à quelle date cette recherche a été faite, le nombre de fois que vous avez regardé telle ou telle page internet,....

Bref, grâce à cette adresse IP, ce mouchard donc, ces sites commerciaux peuvent savoir si la même recherche a été effectuée successivement, et en bonne logique, le site en déduit le fort intérêt de l'internaute pour le produit ou service en question... et donc, ces sites augmenteraient le prix. C'est donc vraiment un prix à la tête du client !

Pour le moment des enquêtes assez lourdes sont menées par les autorités européennes et également par la France pour vérifier si cette pratique existe bel et bien. Et si cette pratique est confirmée, elle pourrait être doublement condamnable selon Reuters : d'abord, au titre de l'utilisation frauduleuse de données personnelles et ensuite, au titre de pratiques commerciales trompeuses. Mais bon, ce combat ne sera pas simple à mener car des entreprises américaines comme Apple, Google ou Facebook font du lobbying à Bruxelles pour éviter toute tentative de légiférer sur l'utilisation des données personnelles des internautes. Il est vrai que c'est ce qu'il leur permet de vivre en vendant le profil précis des internautes aux annonceurs. Affaire à suivre, donc.

Nos partenaires