Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/09/15 à 16:23 - Mise à jour à 16:23

'À défaut d'adresser la parole à des humains, nous parlerons avec des objets'

Pour comprendre certaines évolutions technologiques en ce bas monde, le mieux est encore d'observer nos enfants pour voir comment ils font usage de toutes ces nouvelles technologies de communication.

'À défaut d'adresser la parole à des humains, nous parlerons avec des objets'

Wilson, l'ami imaginaire de Tom Hanks dans Cast Away (Seul au Monde). © DR

La tendance quasi certaine que l'on peut déceler en ce moment, c'est que notre bonne vieille messagerie vocale est destinée à disparaître très rapidement. J'ai personnellement l'habitude de laisser des messages sur la messagerie vocale de certains chefs de cabinet, par exemple. Comme ces gens sont ultra sollicités, bien souvent, ils n'écoutent pas leur messagerie et vous demandent gentiment de leur envoyer un texto. D'abord pour ne pas perdre trop de temps à écouter des messages interminables et, ensuite, pour forcer l'interlocuteur à être bref.

Je pensais que ces personnes débordées étaient les seules à agir de la sorte. En réalité, les plus jeunes non plus ne sont pas très désireux de laisser un message à leurs copains après le fameux "bip sonore". Pour les ados, les chiffres le prouvent, la messagerie vocale est une corvée. Pire encore, d'après un sondage (1), 25% des Américains âgés de 12 et à 17 ans refusent de passer des coups de fil sur leur téléphone ! Ils préfèrent en effet envoyer des SMS ou passer par les applications de messagerie, comme Whatsapp - qui, je le rappelle, dispose de 800 millions d'utilisateurs - ou Facebook Messenger - qui en a 700 millions.

C'est donc clair, l'usage du répondeur est en déclin, comme le rappelle à juste titre Le Figaro. À tel point qu'Apple envisage de retranscrire les messages vocaux reçus sur iPhone en SMS ! Quand je vous dis que l'écoute de la messagerie vocale est devenu pénible pour les jeunes, et bientôt aussi pour les moins jeunes...

Partager

Demain, à défaut de communiquer de vive voix avec des êtres humains, nous allons davantage parler avec des objets

Mais attention, la mort programmée du répondeur téléphonique ne veut pas dire que nous n'utiliserons plus, ou très peu, la voix pour communiquer. En réalité, à défaut de communiquer de vive voix avec des êtres humains, nous allons - et ce n'est pas une blague - communiquer davantage avec des objets. Et oui, comme les objets seront de plus en plus connectés, nous allons désormais laisser des messages vocaux à notre réfrigérateur, au système de climatisation de notre maison ou à la porte de notre garage !

Au fond, c'est ce que nous faisons déjà avec le système SIRI de l'iPhone qui permet de dire à voix haute une phrase - un mémo par exemple - et de la voir immédiatement retranscrite en mots. C'est génial ! Il y a quelques années, on était effrayé de croiser quelqu'un parler tout seul en rue, jusqu'à ce qu'on découvre qu'il avait une oreillette... Demain, il ne faudra pas s'effrayer de voir votre voisin parler davantage avec les objets connectés de sa maison qu'avec son épouse au restaurant. Il paraît que c'est cela la modernité...

(1) Sondage de l'Institut PewResearch Center

En savoir plus sur:

Nos partenaires