13 pistes pour lutter contre l'obsolescence programmée

27/11/15 à 13:30 - Mise à jour à 13:48

Source: Trends-Tendances

Alors que le ministre des Consommateurs Kris Peeters semble (enfin) décidé à s'intéresser au problème de l'obsolescence programmée, voici comment améliorer la durée de vie toujours plus courte de nos smartphones, tablettes et ordinateurs.

13 pistes pour lutter contre l'obsolescence programmée

© REUTERS

Cela fait plusieurs années déjà que le constat est implacable. D'après Green IT, association française regroupant les acteurs de l'informatique "durable", l'espérance de vie d'un ordinateur de bureau a été plus que divisée par deux en 25 ans. Dans le milieu des années 1980, un PC tenait en moyenne 10,7 ans. En 2011, sa durée d'utilisation ne dépassait plus quatre ans. En cause : l'obsolescence programmée des appareils électroniques, qui sont conçus par les fabricants pour être remplacés suivant des cycles de plus en plus courts. Plutôt que de réparer ou reconditionner son engin, le consommateur est poussé à le remplacer par la nouvelle génération, toujours plus puissante, design et fonctionnelle.

Pour enrayer cette course folle au renouvellement des équipements, qui épuise les ressources naturelles de la planète autant que le portefeuille du consommateur, Green IT a identifié 13 actions concrètes, à mener d'urgence. "Ce n'est pas du green washing. Nous plaidons pour un changement profond", prévient Tristan Labaume, président de l'alliance Green IT. Premier axe d'attaque : la durée de garantie des équipements électroniques. Celle-ci est fixée à deux ans minimum par une directive européenne. Green IT préconise de la faire passer à cinq ans, afin de forcer les fabricants à construire des produits plus solides.

Appareils irréparables



Deuxième revendication : améliorer la réparabilité et l'évolutivité des appareils. Il est aujourd'hui quasiment impossible d'ouvrir un smartphone ou une tablette pour remplacer sa batterie, augmenter sa mémoire vive ou changer une pièce défectueuse. Green IT propose de forcer les fabricants à confectionner des appareils aisément réparables et de mettre des pièces détachables à disposition du consommateur pendant toute la durée de la garantie. Dans le même ordre d'idées, les éditeurs de logiciels doivent améliorer leur support technique. Après quelques années, certains logiciels ne peuvent en effet plus être mis à jour et deviennent vulnérables à des failles de sécurité. Ce qui pousse le client à changer d'appareil, alors que ce dernier fonctionne encore.

Green IT suggère encore d'augmenter la durée de la location de matériel informatique par les sociétés de leasing (quatre à six ans au lieu de deux à quatre ans en moyenne), de privilégier les logiciels ouverts ou encore de favoriser l'utilisation du cloud computing, moins gourmand en matériel. Quant au consommateur, il est invité à privilégier les appareils "évolutifs", qui peuvent facilement être mis à jour, et qui durent donc plus longtemps. Une qualité encore trop rare sur le marché de l'électronique grand public, qui a toujours soif de nouveauté.

Première publication en ligne le 5 avril 2013.

Nos partenaires