Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

24/04/17 à 11:41 - Mise à jour à 11:41

Notre sommeil, un marché commercial comme un autre

Le patron de la plateforme vidéo Netflix avance que son concurrent, ce n'est pas BeTV, ni Amazon Vidéo, ni d'ailleurs les chaines de télévision... Non, c'est notre sommeil !

Notre sommeil, un marché commercial comme un autre

© Getty Images/iStockphoto

Il est plus que probable qu'une bonne partie de nos auditeurs sont restés éveillés assez tard hier soir pour suivre en direct les débats politiques liés au premier tour des élections présidentielles françaises. Si tel est le cas, le réveil matinal ne doit pas toujours être simple car le temps de sommeil normal a été raboté.

J'en parle parce qu'à l'avenir, une société comme Netflix, a comme projet de diminuer systématiquement notre temps de sommeil, et pas seulement durant les soirées électorales ! C'est un peu brut de le dire comme cela, mais c'est la réalité admise publiquement par son patron comme le relate le site Slate.fr.

Explications : généralement, une entreprise qui vend un service ou un produit a comme concurrent d'autres entreprises qui vendent des produits ou des services comparables ou similaires. Donc, sur la base de ce raisonnement, nous pourrions tous nous dire que les concurrents du service vidéo Netflix, c'est BeTv en Belgique ou Amazon Vidéo ou les chaines de télévision classiques.

Nous avons faux en réalité sur toute la ligne, à en croire le PDG de Netflix, son entreprise selon lui est en réalité en concurrence avec...notre sommeil. Voici ce qu'il a dit précisément à nos confrères du Guardian : "lorsque vous regardez une série sur Netflix et que vous en devenez accro, vous veillez tard le soir. A la marge, nous sommes en concurrence avec le sommeil. Et ça fait beaucoup de temps". Traduction : certes, Netflix a des concurrents, mais le vrai débat, c'est la plage de temps inexploitée de notre temps de sommeil, et qu'il convient donc de grignoter à coup de séries addictives, dont vous ne pouvez plus vous passer !

Partager

Un géant d'Internet a avoué publiquement que son concurrent principal, c'est notre sommeil.

J'avais ici même déjà expliqué que le capitalisme moderne s'intéresse beaucoup à notre temps libre et qu'il a réussi l'exploit de transformer en argent nos jeux, divertissements et autres loisirs. Ici, c'est un géant d'Internet qui avoue publiquement que son concurrent principal c'est notre sommeil.

En fait, comme le rappelle Slate.fr, il ne fait que répéter ce qu'avait déjà dit en 2004 l'ancien PDG de TF1. Dans un élan de sincérité mal placé, Patrick Le Lay avait avoué que son job à TF1 pouvait se résumer à vendre du temps de cerveau humain disponible à Coca-Cola et d'autres annonceurs.

Le philosophe Michel Serres a raison de remarquer que grâce à l'augmentation de l'espérance de vie, nous avons gagné en moyenne 3H37 de vie en plus par jour par rapport à nos ancêtres. Mais c'est à peu près le temps moyen que nous passons devant la télévision chaque jour. Et comme le résume ironiquement Michel Serres, leur gain d'espérance de vie, les humains le perdent à devenir...cons. C'est un peu abrupt et sans doute injuste mais ça fait réfléchir surtout si notre sommeil est devenu un marché commercial comme un autre.

Nos partenaires