Le pionnier belge des applications mobiles a été vendu

17/09/13 à 18:57 - Mise à jour à 18:57

Source: Trends-Tendances

L'une des start-up belges spécialisées dans le développement des applications sur iPhone, Appsolution, a été récemment racheté par le nivellois Easi, fournisseur de services IT. Le premier pas d'une consolidation attendue du marché ?

Le pionnier belge des applications mobiles a été vendu

© capture d'écran www.appsolution.be

On la connait pour les applications qu'elle a créées pour Le Soir, Philippe Geluck, Roularta, La Loterie Nationale etc. Appsolution a été l'une des premières start-up à se lancer, en 2009, sur le marché des applis mobiles (iPhone plus spécialement). A l'époque où toutes les marques avaient besoin (envie) d'une application. Fondée par le jeune entrepreneur bruxellois Jean-Paul de Ville, Appsolution s'est vite créé une jolie place dans le landerneau mobile belge, avant l'arrivée d'autres acteurs tels que le flamand In The Pocket ou le bruxellois Tapptic. Et la PME s'est spécialisée dans l'univers des médias en déployant les premières applications de nombreux quotidiens et magazines belges (La Libre, la DH, Le Soir, Le Vif/L'Express...).

Mais ce petit microcosme change à grande vitesse. D'une part, certains gros clients ont "internalisé" leurs applications. Ainsi Immoweb a-t-il repris à son compte l'application que lui avait créée Emakina. Le groupe Rossel (Le Soir) a racheté -à Appsolution- le code de l'appli Le Soir pour voler, lui aussi, de ses propres ailes.

D'autre part, les projets sont aussi devenus plus complexes et les grandes entreprises qui souhaitent passer sur le mobile préfèrent souvent faire appel à des prestataires qui ont les reins plus solides : Appsolution n'occupe qu'une dizaine de personnes et génère un chiffre d'affaires d'à peine 1 million d'euros et se bat, pour la première place du marché belge, avec ses rivales Tapptic et In The Pocket. Alors que des groupes digitaux tels qu'Emakina ont aussi déployé des départements mobiles.

Du coup, les sociétés créatrices d'applications n'ont pas beaucoup de choix. "Soit elles restent des boutiques spécialisées dans des projets et des clients de plus petite envergure, soit elles évoluent, analysait déjà en 2012, Jean-Michel Noe, M&A Senior Manager chez Deloitte Fiduciaire. Cela peut se faire en investissant dans leur croissance interne, ou en décidant de fusionner notamment avec des partenaires à l'étranger. Ou, enfin, en se faisant racheter par un grand acteur du monde IT ou une agence digitale."

C'est cette dernière voie qu'a finalement choisie Appsolution. Car l'information que nous vous dévoilions en primeur au mois de juillet, vient d'être confirmée : Easi rachète la start-up Appsolution, pour 1,2 million d'euros. Salvatore Curaba, le fondateur d'Easi, y voit un moyen évident de déployer ses activités dans le mobile, un créneau que la firme nivelloise a raté, jusqu'ici, pariant plutôt sur la plate-forme BlackBerry (dont on connaît les problèmes). La reprise d'Appsolution devrait accélérer la croissance du département mobile d'Easi. Et le patron a de grosses ambitions : il compte faire passer l'entité Appsolution de 10 à 20 ou 25 personnes d'ici fin 2014. Appsolution continuera de déployer des des projets sur demande pour ses clients mais devrait aussi prendre en charge des déploiements mobiles de produits (types CRM, etc) d'Easi.

Il se dit que ce rachat, le premier d'une start-up belge spécialisée par un plus gros acteur IT, pourrait donner des idées à d'autres...

En savoir plus sur:

Nos partenaires