Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

08/06/15 à 14:26 - Mise à jour à 09/06/15 à 11:29

'La culture occidentale se nourrit de stress, de manque de sommeil et de burn-out'

Si vous vous êtes levé ce matin en jetant fébrilement un coup d'oeil à vos e-mails sur votre smartphone, et que vous pratiquez ce genre de rituels chaque soir avant de dormir, alors il y a de fortes chances que vous soyez techno-dépendant.

'La culture occidentale se nourrit de stress, de manque de sommeil et de burn-out'

/ © DR

Et si pendant les réunions et durant toute votre journée, votre smartphone ou votre iPad n'est jamais loin, à portée de main, et que vous ne cessez de vous interrompre pour le consulter, c'est que la techno-dépendance vous guette. La dernière livraison de la revue "Dirigeants" a d'ailleurs consacré son numéro à cette hyper-connexion des cadres et dirigeants dont le contenu pourrait être résumé en une phrase: "je suis connecté, donc je suis noyé".

Pour Kelly McGonigal, une psychologue qui étudie le comportement à la faculté de médecine de Stanford, "les gens ont une relation pathologique avec leurs outils technologiques. Ils ne se sentent pas seulement accros, mais aussi prisonniers".

Arianna Huffington, une Américaine fondatrice d'un site d'information qui s'est exporté dans le monde entier, vient de consacrer une partie de son livre (1) à ce mal du siècle qui a failli lui coûter la vie. Vu de l'extérieur, elle avait réussi sa vie, car elle avait de l'argent et du pouvoir. Mais en réalité, elle a failli mourir le 6 avril 2007 à cause d'une mauvaise chute. Sa tête avait heurté l'angle de sa table... Elle s'était effondrée victime de la fatigue et du manque de sommeil. Elle s'en est sortie, mais s'est jurée de changer sa vie et de ne plus, par exemple, parler à ses filles tout en tapotant sur le clavier de son smartphone. Ce qu'elle avait remarqué, c'est que dans sa vie, et bien entendu dans celle de tous les cadres dirigeants stressés, l'espace, les intervalles, les pauses, le silence - bref, tout ce qui permet de nous régénérer et de recharger nos batteries - avaient en quelque sorte disparu !

Partager

La culture occidentale se nourrit de stress, de manque de sommeil et de burn-out

Elle explique que la culture occidentale se nourrit en fait de stress, de manque de sommeil et de burn-out. Le manque de sommeil est une évidence, car avec les nouveaux outils technologiques nous sommes branchés 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Et nous cherchons donc, dit-elle, à avancer à toute heure dans notre travail. Pourtant, ce manque de sommeil, de recul est négatif sur notre productivité et nos prises de décision: le naufrage du pétrolier Exxon Valdez, l'explosion de la navette Challenger et les accidents nucléaires de Tchernobyl et de Three Mile Islands étaient tous dus, partiellement, au manque de sommeil, nous rappelle Arianna Huffington !

En fait, le nouveau mal du siècle, c'est cette impression de n'avoir jamais assez de temps pour faire tout ce que nous avons prévu. C'est ce qu'on appelle "la famine temporelle". Et donc, Arianna Huffington, qui avait réussi au sens de l'argent et du pouvoir, a découvert, à l'occasion d'un accident qui a failli lui être fatal, qu'il lui manquait un troisième élément: la sagesse.

Sa vieille mère le lui a rappelé lorsqu'elle avait tendance à se plaindre de sa vie trop trépidante. Sa vieille maman d'origine grecque lui disait: "Ma chérie, change de chaîne. C'est toi qui a la télécommande. Ne repasse pas ce mauvais film qui fait peur".

(1)S'épanouir, réussir sans défaillir, éditions Fayard

Nos partenaires