"La Belgique transforme mal ses impôts en prospérité"

09/11/15 à 13:55 - Mise à jour à 13:54

Michel Delbaere vient de céder le relais de la présidence du Voka à Paul Kumpen. Au Cercle Chapel, il a pu synthétiser une dernière fois les priorités qui ont animé le Voka depuis 2012... et qui restent parfaitement d'actualité. Le mot d'ordre : réduire les dépenses publiques et investir dans l'emploi.

"Le programme économique du gouvernement fédéral, c'est celui du Voka." Michel Delbaere s'amuse de la sentence. C'est même lui qui lance la boutade, au pupitre du Cercle Chapel, face à une assemblée d'hommes d'affaires et d'entrepreneurs francophones dont l'un ou l'autre ne manquera pas de l'interroger sur ce qu'il pense du poids du MR (et de Charles Michel) face à trois partis flamands. Au coeur d'une forêt de Soignes virant à l'automne, dans l'écrin de la Chapelle musicale Reine Elisabeth, l'ex-patron du Voka (il vient tout juste d'achever son mandat de trois ans) reçoit cependant un accueil à l'image des lieux : serein, soigné, bien dispos...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires