Le "crowdfunding" peut-il sauver l'art?

12/02/17 à 09:00 - Mise à jour à 09:46

Une opération de " crowdfunding " lancée par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique pour restaurer une toile de Gauguin donne une autre perspective à l'économie participative. Mode, tendance ou solution ponctuelle ?

" Il faudra sans doute 400 heures pour y arriver : jusqu'ici, j'ai travaillé durant une quarantaine d'heures sur environ 10 % du tableau. L'oeuvre devrait être prête pour avril. " Le restaurateur bruxellois Etienne Van Vyve couche la toile de Paul Gauguin sur une table et nous invite au microscope : la peinture de 1891, spectaculairement craquelée, présente des couches successives à nettoyer, réparer, restaurer. Le Portrait de Suzanne Bambridge est de taille modeste - 50 x 70 cm -, sa valeur nettement moins. Aussi, l'opération de crowdfunding, lancée en octobre par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), représente un enjeu d'importance. " Le désir de restaurer ce tableau, qui appartient au musée depuis 1923, remonte à une dizaine d'années, explique Christine Ayoub, responsable du service mécénat et partenariat des MRBAB. Il s'agit de la première peinture réalisée par Paul Gauguin à son arrivée à Tahiti. Elle est longtemps restée roulée dans un grenier et a souffert de mauvaises restaurations consécutives, de surpeints abusifs qui l'ont dénaturée. Pour redonner son éclat au tableau, il fallait trouver 45.000 euros mais notre institution ne les avait pas. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos