Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/12/11 à 11:30 - Mise à jour à 11:30

Entre confiance et défiance

Drôle de journée que ce vendredi 2 décembre ! C'est une journée un peu schizophrène, comme l'a écrit Béatrice Delvaux, l'éditorialiste en chef du SOIR.

En effet, pourquoi avoir choisi ce vendredi 2 décembre pour faire grève alors que c'est le premier jour où, après tant de jours de négociations et de crises, les indicateurs d'une Belgique qui semblait tourner à vide sont enfin au quasi beau fixe... En tout cas, vu les circonstances.

Primo : nous avons enfin un gouvernement ! C'est cette absence de gouvernement que nous reprochaient les marchés financiers depuis décembre 2010. Ceux-ci avaient peur que notre pays devienne ingouvernable et ne puisse pas prendre les mesures nécessaires pour rectifier la trajectoire.

Or en plus d'un gouvernement, nous avons aussi depuis quelques jours un budget. C'est le deuxième point positif même si hélas, il est arrivé trop tard pour éviter que notre pays ne soit dégradé par Standard & Poor's.

Et puis, troisième point positif (qui est le corollaire du deuxième point sur le budget), le taux d'intérêt à 10 ans des obligations belges, celles qui servent de référence à notre dette publique, est retombé ce jeudi sous la barre des 5%, autour des 4,75 % pour être précis, après être monté jusqu'à presque 6% ! Cela veut dire que l'Etat va pouvoir réemprunter à des taux plus raisonnables, c'est donc bon pour les Belges !

Quatrième point positif pour notre pays : l'emprunt d'Etat lancé par Yves Leterme avant son départ pour Paris, les fameux bons d'Etat connaissent un succès inouï ! Alors que les deux précédentes émissions avaient rapporté chacune 77 et 87 millions d'euros, l'appel au patriotisme de Yves Leterme, aidé en cela, c'est vrai par un taux d'intérêt de 4%, a déjà rapporté presque 4 milliards d'euros ! C'est exceptionnel et cela envoie un message à l'étranger très simple : les Belges ont confiance en l'avenir de leur pays et ils souscrivent massivement à son emprunt !

Et enfin, ironie supplémentaire, ce vendredi jour de grève est aussi le dernier jour de souscription pour ces bons d'Etat. En fin de journée, nous risquons donc d'avoir deux communiqués de presse contradictoires. Le premier disant que la journée a été une victoire, avec x milliers de manifestants à Bruxelles pour exprimer leur désarroi et le second venant de notre service de la trésorerie et indiquant que les Belges, y compris des personnes modestes, ont manifesté leur confiance dans l'avenir du pays, en prêtant à l'Etat un peu plus de 4 milliards d'euros !

Nos partenaires