Une pyramide de Ponzi à 800 millions de dollars en Suisse

05/10/16 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Belga

La Suisse, qui enquête depuis 2015 sur le gros scandale financier 1MDB, a adressé mercredi une demande d'entraide judiciaire complémentaire à la Malaisie, suite à la découverte d'un détournement de fonds de 800 millions de dollars, via un système de fraude de type "Ponzi".

Une pyramide de Ponzi à 800 millions de dollars en Suisse

/ © istock

Selon un communiqué du Ministère public de la Confédération (MPC), l'enquête menée en Suisse a montré "un important détournement au détriment du fonds souverain" SRC, une filiale du fonds malaisien 1MDB, évalué à 800 millions de dollars ainsi que la réalisation d'une fraude de type +Ponzi+".

Selon le MPC, ces opérations ont "affecté la place financière helvétique".

Cette fraude de type "Ponzi", au coeur de l'affaire Madoff aux Etats-Unis, aurait servi à cacher le détournement de fonds de 800 millions de dollars, ainsi que "d'autres perpétrés au détriment de 1MDB et faisant l'objet de la première demande d'entraide judiciaire de la Suisse à la Malaisie, lancée le 29 janvier 2016".

Le scandale 1MDB a déjà eu de nombreuses répercussions en Suisse.

En septembre 2015, des dizaines de millions de dollars déposés dans des banques suisses ont été gelés sur ordre de la justice helvète.

En avril 2016, la Suisse a inculpé dans le cadre de ce dossier deux anciens fonctionnaires émiratis, soupçonnés d'escroquerie, corruption et faux en écriture.

Enfin, une banque suisse, la BSI établie à Lugano (canton du Tessin) a été coulée en mai dernier, en raison de son implication dans ce vaste scandale. La banque n'avait pas suffisamment enquêté sur "des transactions douteuses de plusieurs centaines de millions de dollars" menées par certains de ses clients, liés au scandale.

La Malaisie est secouée depuis plus d'un an par ce scandale financier alimenté par des allégations récurrentes de corruption et de détournements de milliards d'euros du fonds public 1MDB, dans une affaire visant notamment le Premier ministre, Najib Razak.

Des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs pays. Aux Etats-Unis, une procédure judiciaire a été lancée pour récupérer plus d'un milliard d'euros d'actifs illégalement acquis.

A Singapour, les autorités ont révélé avoir saisi 163 millions d'euros d'actifs liés à ce fonds souverain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires