La Grèce devrait mettre sur pied une commission d'audit de sa dette

26/01/15 à 12:08 - Mise à jour à 12:08

Source: Belga

La Grèce devrait mettre sur pied une commission d'audit de sa dette publique, avant de procéder à une annulation partielle, affirme Eric Toussaint, le président du Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde (CADTM). Selon cet expert belge, consulté par Syriza au cours des derniers mois, le nouveau gouvernement est même tenu par les règles européennes de procéder à un tel audit.

La Grèce devrait mettre sur pied une commission d'audit de sa dette

© istock

D'après M. Toussaint, une possible restructuration de la dette grecque dépendra beaucoup de l'attitude des instances européennes en réaction aux mesures que prendra le gouvernement emmené par Syriza. Le président du parti de gauche radicale, Alexis Tsipras, s'est en effet engagé sur des mesures anti-austérité très précises, notamment des exonérations d'impôt pour les bas revenus et une augmentation du salaire minimum. Or, une telle politique heurte frontalement la ligne imposée par les créanciers internationaux de la Grèce, réunis au sein de la troïka (Commission, BCE, FMI), en contrepartie de prêts destinés à empêcher un défaut de paiement. Faute d'accord, la Grèce pourra difficilement honorer une échéance d'environ 15 milliards d'euros prévue en juin prochain, note Eric Toussaint. Dans la partie d'échec politique qui s'amorce, "chacun cherchera sans doute à gagner du temps", souligne-t-il.

Lui-même recommande à la Grèce de mettre sur pied une commission d'audit, comme l'a fait l'Equateur de Rafael Correa en 2007. Cette démarche a permis au pays d'Amérique latine de suspendre le paiement d'une partie importante de sa dette et de réinvestir les fonds dans les dépenses sociales, souligne l'expert belge, qui avait déjà été associé à ces travaux. Aujourd'hui, l'Equateur est revenu sur les marchés des capitaux, où il emprunte à des taux au moins aussi favorables que ses voisins. L'annulation de dette a constitué "un point de redémarrage".

Dans le cas de la Grèce, le gouvernement est même tenu de procéder à un audit, poursuit Eric Toussaint. Il cite un article d'un règlement de 2013 (connu sous le nom de "two-pack"). Celui-ci stipule qu'"un Etat membre faisant l'objet d'un programme d'ajustement macroéconomique réalise un audit complet de ses finances publiques afin, notamment, d'évaluer les raisons qui ont entraîné l'accumulation de niveaux d'endettement excessifs ainsi que de déceler toute éventuelle irrégularité". Le gouvernement de Syriza devrait se saisir de cette possibilité, affirme M. Toussaint, qui observe toutefois que le parti ne s'est pas encore fait une religion en la matière.

En savoir plus sur:

Nos partenaires