La BCE engage BlackRock pour l'aider à contrer la déflation

28/08/14 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Trends-Tendances

C'est une nouvelle étonnante révélée par le Financial Times ce jeudi : la Banque centrale européenne a engagé le gestionnaire de fonds américain BlackRock pour l'aider dans son projet d'acheter des titres obligataires sur le marché.

La BCE engage BlackRock pour l'aider à contrer la déflation

© Reuters

BlackRock Solution, la filiale "conseil" de BlackRock, aidera la BCE à mettre sur pied son programme d'achat de titres adossés à des crédits (Asset Backed Securities). Un programme qui n'est pas encore formellement décidé, mais devrait alléger le bilan des banques, abaisser les taux à long terme et faciliter l'octroi de crédits aux entreprises, et particulièrement aux plus petites d'entre elles qui ne sont pas choyées par les banques pour l'instant.

Un des problèmes actuels en effet est la réticence des banques européennes à octroyer de nouveaux crédits qui viendraient alourdir leur bilan au moment où les nouvelles réglementations les incitent plutôt à réduire leur taille et à augmenter leurs fonds propres. La BCE envisage donc de racheter aux banques une partie de leurs crédits aux ménages et aux entreprises: ceux-ci seraient titrisés (transformés en obligations) pour pouvoir être vendus. Le problème est que si le marché des ABS est important aux Etats-Unis, il l'est nettement moins en Europe (où l'on titrise bon an mal an 80 milliards d'euros par an, une paille quand on sait que le bilan d'un géant comme BNP Paribas atteint 2.000 milliards d'euros).

Cette tentative de débloquer, avec l'aide d'experts US, le marché des ABS intervient dans un contexte très particulier. Voici une semaine, au symposium de Jackson Hole, le président de la BCE Mario Draghi avait déclaré que son institution "se tenait prête à de nouveaux ajustements".
Autrement dit, qu'une nouvelle opération d'assouplissement monétaire pouvait être envisagée. Mais pour que cette injection de liquidités soit efficace, il faut que cet argent vienne alimenter l'économie réelle. Or, pour l'instant, le gros des liquidités injectées lors d'opérations précédentes est plutôt venu gonfler une bulle spéculative dans les marchés. Cet argent facile a provoqué des records à la fois sur les marchés obligataires (où le cours de notre OLO à 10 ans est tombé à 1,2%) et sur le marché des actions ou des actions vedettes comme Apple ou Berkshire Hathaway atteignent des sommets.

Pour que cet argent dégagé par la BCE alimente le véritable circuit économique, Mario Draghi, dans un passage très remarqué de son discours de Jackson Hole, a demandé l'aide des Etats. "Il serait utile (...) si la politique budgétaire pouvait jouer un plus grand rôle aux côtés de la politique monétaire, et je crois qu'il y a des marges de manoeuvre pour cela", a souligné le patron de la BCE. Traduction en termes simples : les Etats doivent accompagner la politique d'assouplissement de la banque centrale. Pour Mario Draghi, il existe un champ dans lequel, sans augmenter leur endettement, les Etats peuvent soutenir la politique économique via des stimuli sans faire exploser le pacte de stabilité. Cette politique destinée à soutenir quand même un petit peu la demande et les investissements n'est pas incompatible avec la mise en oeuvre de réforme structurelle. C'est même l'autre face de la même pièce. Mais elle constitue un revirement pour la BCE qui jusqu'à présent se contentait, par ses mesures sur les taux et son crédit au système bancaire, d'appliquer un baume sur les blessures provoquées par les politiques de sévère recentrage budgétaire imposées par l'Europe.

Cette stratégie, cependant, ne fonctionne pas. La croissance ne redémarre pas, l'endettement reste important et les pressions déflationnistes se font de plus en plus intenses. En août, l'inflation dans notre pays a été de ... 0,02%, a-t-on appris ce jeudi. La déflation est à nos portes. La BCE mobilise donc toutes ses forces, en interne et au dehors, pour la contrer.

Pierre-Henri Thomas

En savoir plus sur:

Nos partenaires