HSBC: dans les coulisses de l'évasion fiscale avec "les gangsters de la finance"

12/12/17 à 13:45 - Mise à jour à 16:01
Du Trends-Tendances du 07/12/17

"Les gangsters de la finance" montre, via le cas de HSBC, comment certains géants de la finance deviennent plus puissants que bien des Etats et échappent aux sanctions.

HSBC: dans les coulisses de l'évasion fiscale avec "les gangsters de la finance"

© iStock

Cinq ans après leur excellent documentaire sur Goldman Sachs, le duo formé par le journaliste Marc Roche et le réalisateur Jérôme Fritel remet le couvert. Le nouveau plat est également de taille : HSBC. Le géant sino-britannique mérite en effet le détour. La banque, fondée en 1865 à Hong Kong pour financer le trafic de l'opium, affichait fin 2016 un total de bilan de 2.400 milliards de dollars et un bénéfice brut de 7,1 milliards.

Son développement a reposé sur la mondialisation mais aussi, en partie, sur l'argent noir. Le nom du groupe est mentionné de multiples fois dans les leaks de ces dernières années qui ont mis à jour les constructions offshores destinées à cacher les avoirs de dizaines de milliers de grandes fortunes.

Trafic de drogue

Marc Roche et Jérôme Fritel rappellent ainsi le rôle de la banque dans le financement des cartels de la drogue. En 2012, les autorités américaines accusent HSBC d'avoir " facilité des opérations de financement des milieux terroristes, d'avoir blanchi des profits tirés du trafic de drogue et d'avoir contrevenu aux sanctions américaines contre l'Iran ".

Près d'un milliard de dollars en cash provenant du trafic de drogue ont ainsi été réceptionnés dans les agences mexicaines de HSBC pendant 10 ans sans que jamais les responsables du groupe ne s'inquiètent de leur provenance. Cet argent était ensuite acheminé et blanchi aux Etats-Unis. Les preuves sont accablantes, les faits gravissimes. Le département américain de la Justice veut retirer sa licence bancaire au groupe, ce qui précipiterait la fin de la banque : comment un groupe financier international pourrait-il survivre sans l'accès au marché du dollar ? Il faudra, on l'apprendra seulement l'an dernier, l'intervention directe de George Osborne, le ministre britannique des Finances, auprès des autorités américaines pour éviter la fin de la banque. HSBC sera déclarée " too big to jail " (trop grande pour être emprisonnée). Elle s'en tire finalement avec une amende de 1,9 milliard de dollars.

Quand Hong Kong ferme les yeux

Le documentaire jette une lumière crue sur le rôle de Hong Kong - le siège opérationnel de HSBC - dans l'évasion fiscale. Une des interviews les plus étonnantes réalisées par Marc Roche et Jérôme Fritel est celle de Laura Cha, ancienne vice-présidente de l'Autorité de marché chinoise, qui siège aujourd'hui au conseil de HSBC. Elle confie qu'il n'est pas - et ne sera jamais - dans les habitudes des banques de Hong Kong de demander la provenance des fonds qui leur sont confiés !

En France aussi, certaines pressions politiques éviteront que les fonctionnaires de choc du fisc poursuivent avec trop d'ardeur leur enquête sur le gigantesque mécanisme d'évitement de l'impôt des clients de HSBC dévoilé par les Swissleaks. Après deux ans, le patron - un peu trop tenace - du groupe d'enquêteurs sera muté à la Conservation des hypothèques dans une ville de province... Quant à la justice suisse, elle imposera à la banque une amende de... 40 millions de francs.

Et puis, il y a le rôle de la Chine. HSBC a été sauvée lors de la crise financière non pas par des capitaux publics mais par ses actionnaires chinois. Le groupe joue un rôle majeur dans la stratégie d'expansion définie par Pékin. Il finance " la route de la soie ", cet immense projet de développement économique en direction de l'Europe. HSBC a aidé China General Nuclear à prendre une participation de 33 % dans Hinkley Point, le grand projet de centrales nucléaires au Royaume-Uni. " Aucun autre pays n'a ainsi livré son industrie nucléaire a un pays étranger ", confie un universitaire anglais à Marc Roche.

Un documentaire à voir pour juger sur pièce de la grande difficulté des Etats à juguler les géants de la finance internationale et pour prendre conscience du poids financier grandissant de la Chine. Les gangsters de la finance sera diffusé le 12 décembre prochain sur la chaîne Arte.

Nos partenaires