Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

23/10/17 à 13:56 - Mise à jour à 14:35

"En cas de tempête boursière, mieux vaudra allumer des cierges..."

"Nous semblons vivre dans l'une des périodes les plus troublées de notre vie, et pourtant, les marchés financiers ont l'air de faire la sieste." Ces propos sont de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'économie.

"En cas de tempête boursière, mieux vaudra allumer des cierges..."

© Reuters

S'il n'avait pas décroché le prix Nobel, les paroles de Richard Thaler n'auraient sans doute pas été relevées par la presse, mais il est vrai qu'elles expriment bien l'angoisse sourde de pas mal d'investisseurs. Même Michael Bloomberg, ancien maire de New York et milliardaire américain, ne comprend pas la raison de la hausse actuelle des Bourses. Après tout, les sujets d'inquiétude ne manquent pas: entre les négociations sur le Brexit qui patinent, les tensions verbales entre les États-Unis et la Corée du Nord, les tensions entre l'Iran et Donald Trump, l'accession de partis populistes au parlement en Allemagne et à la présidence en Autriche, il y a déjà de quoi inquiéter n'importe qui, sauf la Bourse qui, elle, continue de grimper sans presque sourciller.

L'indice Dow Jones vient de dépasser les 23.000 points, son record historique. Et rien qu'en 2017, le Dow Jones a déjà battu 52 fois son précédent record historique ! La question est donc simple: si les arbres ne grimpent pas jusqu'au ciel, comme dit l'adage boursier, peut-on imaginer vivre un krach boursier comme en 1987 ? Je rappelle que ce krach a vu une baisse de l'indice Dow Jones de 22% en une seule séance, du jamais vu. Peut-on imaginer un remake du même genre en 2017, soit 30 ans après ?

Partager

Les banques centrales n'ont plus beaucoup de munitions pour lutter contre un vrai krach boursier

La réponse est normande: oui et non.

Oui, car il n'y a que les imbéciles pour penser qu'ils sont à l'abri d'une éventuelle correction de la Bourse. Non seulement la Bourse américaine a grimpé pendant onze mois d'affilé, ce qui ne s'est jamais vu depuis 1959, mais en plus, sur la base de tous les critères habituels, la Bourse américaine est chère, trop chère, et donc les cours devraient baisser. Ce serait même salutaire disent les experts.

Non, parce que depuis le krach de 1987, les autorités de la Bourse ont mis en place des coupe-circuits informatiques qui devraient empêcher la Bourse de connaître une baisse de plus de 20% en une seule séance. Il faut dire que le mini-krach inexpliqué de 2010 a servi de piqûre de rappel aux autorités boursières de New York, qui en ont profité pour améliorer encore ces coupe-circuits informatiques. Et puis, l'autre différence avec 1987, c'est qu'aujourd'hui les banques centrales veillent au grain. Elles empêcheront une trop forte dégringolade des marchés financiers de peur qu'elle ne contamine l'économie réelle.

Mais attention, tout cela est théorique. Les banques centrales ont brûlé toutes leurs cartouches. Si une crise sérieuse devait vraiment se produire en Bourse, mieux vaut allumer des cierges si vous êtes croyant, car ces banques centrales n'ont aujourd'hui plus beaucoup de munitions pour lutter contre un vrai krach. Généralement, les banques centrales le font en baissant les taux d'intérêt le plus bas possible. Mais comment baisser encore des taux qui sont déjà très bas ? C'est sur cette belle question que je vous laisse méditer, mais en gardant bien à l'esprit que dans la vie, le pire n'est pas toujours certain !

Nos partenaires