Dexia bientôt dégradée par Moody's ?

29/03/11 à 08:28 - Mise à jour à 08:28

Source: Trends-Tendances

Selon Moody's, les besoins de financement de Dexia restent trop importants et doivent encore être réduits en passant par des ventes d'actifs. Dans le cas contraire, l'agence menace de baisser sa notation. Le groupe a 90 jours pour faire valoir sa position.

Dexia bientôt dégradée par Moody's ?

© Reuters

Moody's envisage de réduire la note, actuellement à A1, des trois grandes entités opérationnelles de Dexia, rapportent mardi plusieurs quotidiens. L'agence de notation financière américaine s'inquiète notamment de la dépendance continue du groupe franco-belge à la fois au financement à court terme et au financement sécurisé.

Dexia a, depuis la crise, réduit ses emprunts à court terme. Ses besoins sont passés, entre le début et la fin de 2010, de 184 milliards à 120 milliards d'euros. Selon Moody's, ces besoins de financement restent trop importants et doivent encore être réduits en passant par des ventes d'actifs.

L'agence pointe également la hausse des coûts auxquels Dexia doit se financer, ce qui pourrait mettre à mal sa capacité à conserver son métier de financement des collectivités locales.

Moody's envisage de baisser la note des trois grandes entités opérationnelles du groupe : Dexia BIL à Luxembourg, Dexia Crédit Local en France et Dexia Banque en Belgique. Et ce, d'un voire deux crans. Dexia a 90 jours pour faire valoir sa position auprès de l'agence.

Réponse à Moody's : "Le financement de Dexia repose sur des financements sécurisés"

Le coeur du programme de financement de Dexia repose d'abord et avant tout sur des financements sécurisés, indique mardi le groupe franco-belge : "Le financement long term unsecured représente volontairement une part très limitée de notre funding : de l'ordre de 2 milliards d'euros sur un programme de l'ordre de 15 milliards en 2011."

Dexia annonce qu'il aura réalisé, fin mars, 41 % de son programme annuel de long term funding (6,1 milliards sur un total de 15 milliards environ) et 45 % de son programme de deleveraging (6,7 milliards d'euros sur un programme total en 2011 de l'odre de 15 milliards).

Le groupe franco-belge rappelle qu'il ne s'agit pas d'une décision, le bancassureur disposant de 90 jours pour faire valoir sa position auprès de Moody's, et souligne que l'agence a pris acte des progrès déjà réalisés.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires