"L'objectif est d'assurer la continuité de l'activité de l'entité française et d'avancer rapidement sur une solution de reprise sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre", indique un communiqué.

"A ce jour, plusieurs repreneurs potentiels sérieux du secteur du tourisme ont déjà fait part de leur fort intérêt pour Thomas Cook France", ajoute le voyagiste, sans plus de précision.

Une "information et consultation du comité central d'entreprise (CCE) aura lieu ce jeudi sur le projet de déclaration de cessation des paiements et d'ouverture d'une procédure de redressement", détaille-t-il encore.

La demande de placement en redressement judiciaire "vise à préserver au mieux les intérêts de l'entité française, de ses collaborateurs, de ses clients et de ses partenaires".

Thomas Cook France emploie 780 salariés et exploite 172 agences de voyage en propre, ainsi qu'un réseau de 250 agences franchisées qui sont indépendantes financièrement et juridiquement, donc non concernées par la cessation de paiements.

Cette situation est la conséquence de la faillite lundi de la maison-mère britannique, pionnière des voyagistes.

Pour la filiale française, "à court terme, la principale priorité" reste la prise en charge des 9.620 clients actuellement en vacances, qu'ils soient clients directs ou clients d'agences de voyages partenaires.

Le voyagiste a notamment mis en place un numéro d'urgence pour les clients rencontrant des difficultés dans la poursuite de leur séjour ou pour leur retour en France.

Il conseille aux clients auxquels il est demandé de régler des prestations sur place alors qu'elles ont déjà été payées de garder les justificatifs en vue d'un remboursement par Thomas Cook France.

Le voyagiste hexagonal et son tour-opérateur "maison" Jet Tours font voyager quelque 300.000 personnes chaque année.

Pour les clients de Jet Tours qui devaient s'envoler dans les prochains jours, la société "préconise de ne pas partir". "Ils peuvent annuler sans pénalité leur voyage auprès de leur agence de voyages habituelle", précise-t-elle, estimant "plus raisonnable de procéder ainsi, afin d'éviter davantage de difficultés".

Thomas Cook, qui existait depuis 178 ans, a mis la clé sous la porte du jour au lendemain après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie. Les autorités doivent maintenant organiser le retour de quelque 600.000 clients en vacances dans le monde.

Le voyagiste très lourdement endetté a vu son horizon s'assombrir ces dernières années à cause de la concurrence acharnée des sites internet de voyages à bas prix et de la frilosité de touristes inquiets du Brexit notamment.