Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 175,24 points à 14.075,37 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 32,61 points à 3.162,26 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a gagné 1,27% (+19,05 points) à 1.515,99 points. Les indices avaient vacillé à l'ouverture mais se sont ensuite nettement installés en territoire positif, regagnant l'ensemble des pertes essuyées au cours des derniers jours en raison de l'impasse politique italienne notamment. L'un des acteurs principaux de ce regain d'optimisme était, cette fois encore, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke, qui a su rassurer les investisseurs sur le maintien du cap ultra-accommodant de sa politique monétaire, au cours de deux journées d'audition devant le Congrès américain, Après avoir assuré mardi, dans un contexte de chômage élevé et d'inflation maîtrisée, que la Fed maintiendrait ses énormes achats d'actifs pour stimuler l'économie, le président de la Fed a su dessiner un scénario de sortie de crise apaisant. Sur le front européen, une émission obligataire meilleure qu'attendu en Italie a su calmer une partie des craintes des marchés financiers, en dépit d'une situation politique toujours dans l'impasse. Le marché obligataire a reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a avancé à 1,903% contre 1,879% mardi soir et celui à 30 ans à 3,103% contre 3,075%. (BPE)

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 175,24 points à 14.075,37 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 32,61 points à 3.162,26 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a gagné 1,27% (+19,05 points) à 1.515,99 points. Les indices avaient vacillé à l'ouverture mais se sont ensuite nettement installés en territoire positif, regagnant l'ensemble des pertes essuyées au cours des derniers jours en raison de l'impasse politique italienne notamment. L'un des acteurs principaux de ce regain d'optimisme était, cette fois encore, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke, qui a su rassurer les investisseurs sur le maintien du cap ultra-accommodant de sa politique monétaire, au cours de deux journées d'audition devant le Congrès américain, Après avoir assuré mardi, dans un contexte de chômage élevé et d'inflation maîtrisée, que la Fed maintiendrait ses énormes achats d'actifs pour stimuler l'économie, le président de la Fed a su dessiner un scénario de sortie de crise apaisant. Sur le front européen, une émission obligataire meilleure qu'attendu en Italie a su calmer une partie des craintes des marchés financiers, en dépit d'une situation politique toujours dans l'impasse. Le marché obligataire a reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a avancé à 1,903% contre 1,879% mardi soir et celui à 30 ans à 3,103% contre 3,075%. (BPE)