Ores, le plus important gestionnaire de réseau de distribution de l'électricité et du gaz en Wallonie, passera au tarif unique en 2024, indique cette entreprise jeudi, confirmant les propos de son patron dans L'Avenir et sur LN24.

Le conseil d'administration d'Ores a en effet entériné cette décision mercredi. Il n'y aura dès lors plus qu'un seul tarif dès 2024 pour le territoire que gère Ores, soit environ 75% des communes wallonnes. Le projet de tarification unique avait débuté il y a une dizaine d'années et progressait petit à petit, avant de finalement aboutir durant l'été. Actuellement, comme l'écrit le journal L'Avenir, sur le tableau qui reprend les tarifs des différentes zones, le minimum est à 238 euros (zone Brabant wallon). Et le maximum est à 315 à Verviers et à Ouffet.

En 2023, la ligne théorique du tarif unique est à 269 euros. "Ce qui veut dire +30 euros/an pour le Brabant wallon, soit +2,50 euros/mois", résume Fernand Grifnée, l'administrateur délégué d'Ores. Et -46 euros/an (soit -4 euros par mois) dans les communes où on va au contraire payer moins. Ce tarif unique se traduira dans des frais de distribution revus à la hausse ou à la baisse sur la facture d'énergie que les consommateurs paient à leur fournisseur. Les zones qui paieront demain davantage qu'aujourd'hui et où les investissements dans le réseau étaient plus faibles bénéficieront d'une compensation. "Il n'y a pas eu assez d'investissement dans leur réseau parce que le tarif était bas.

Avec le tarif unique, on va pouvoir imaginer des budgets d'investissement orientés +transition énergétique+", explique Fernand Grifgnée dans L'Avenir. Avec des investissements comparables pour de mêmes tarifs. Et Ores de citer l'exemple du Brabant wallon, par exemple, où la tarification était donc l'une des plus basses et où tout semble indiquer que la percée de la mobilité électrique sera la plus forte et la plus rapide dans les années à venir, ce qui nécessitera d'importants investissements.

Ores, le plus important gestionnaire de réseau de distribution de l'électricité et du gaz en Wallonie, passera au tarif unique en 2024, indique cette entreprise jeudi, confirmant les propos de son patron dans L'Avenir et sur LN24. Le conseil d'administration d'Ores a en effet entériné cette décision mercredi. Il n'y aura dès lors plus qu'un seul tarif dès 2024 pour le territoire que gère Ores, soit environ 75% des communes wallonnes. Le projet de tarification unique avait débuté il y a une dizaine d'années et progressait petit à petit, avant de finalement aboutir durant l'été. Actuellement, comme l'écrit le journal L'Avenir, sur le tableau qui reprend les tarifs des différentes zones, le minimum est à 238 euros (zone Brabant wallon). Et le maximum est à 315 à Verviers et à Ouffet. En 2023, la ligne théorique du tarif unique est à 269 euros. "Ce qui veut dire +30 euros/an pour le Brabant wallon, soit +2,50 euros/mois", résume Fernand Grifnée, l'administrateur délégué d'Ores. Et -46 euros/an (soit -4 euros par mois) dans les communes où on va au contraire payer moins. Ce tarif unique se traduira dans des frais de distribution revus à la hausse ou à la baisse sur la facture d'énergie que les consommateurs paient à leur fournisseur. Les zones qui paieront demain davantage qu'aujourd'hui et où les investissements dans le réseau étaient plus faibles bénéficieront d'une compensation. "Il n'y a pas eu assez d'investissement dans leur réseau parce que le tarif était bas. Avec le tarif unique, on va pouvoir imaginer des budgets d'investissement orientés +transition énergétique+", explique Fernand Grifgnée dans L'Avenir. Avec des investissements comparables pour de mêmes tarifs. Et Ores de citer l'exemple du Brabant wallon, par exemple, où la tarification était donc l'une des plus basses et où tout semble indiquer que la percée de la mobilité électrique sera la plus forte et la plus rapide dans les années à venir, ce qui nécessitera d'importants investissements.