L'évaluation des risques économiques est au coeur de l'activité de Credendo, partenaire des entreprises belges à l'étranger. Pour 2022, Pascaline della Faille, Country and Sector Risk Manager chez Credendo, épingle quatre menaces : un ralentissement économique, l'endettement, l'inflation et les tensions géopolitiques.

La Chine et les dettes

Bien que vigoureuse, grâce notamment aux plans de relance, la reprise économique mondiale reste très inégale. " De nouvelles vagues de la pandémie freineraient inévitablement l'activité économique dans de nombreux pays. Le ralentissement économique de la Chine est aussi à suivre de près, car il affecte ses partenaires commerciaux et les prix des matières premières. "

Par ailleurs, la pandémie et les plans de relance ont gonflé les dettes des États et de certaines entreprises privées, ce qui pourrait engendrer des tensions financières, selon Pascaline della Faille. " Les pays émergents sont tout particulièrement exposés. Jusqu'à présent, ils ont bénéficié d'un soutien international avec l'initiative de suspension de la dette pour les pays les plus pauvres. Mais ces mesures sont provisoires. Dans le secteur privé, c'est surtout l'accumulation des dettes dans certains secteurs des services, durement touchés par la crise sanitaire, qui inquiète. "

Inflation et géopolitique

La troisième menace épinglée par la spécialiste de Credendo est l'inflation. "L'envolée des prix engendre une multitude de risques. Primo, la Réserve fédérale américaine y réagit en durcissant sa politique monétaire, ce qui risque de compliquer l'accès au marché des capitaux pour les pays plus fragiles. Secundo, de nombreuses entreprises peinent à relever leurs prix et sont donc directement affectées par le renchérissement des coûts. Et tertio, l'augmentation du coût de la vie est historiquement un important déclencheur de mouvements sociaux. "

" Enfin, le quatrième risque à tenir à l'oeil en 2022 est le climat géopolitique, qu'il s'agisse des velléités de la Russie ou des tensions entre la Chine et les États-Unis."

L'évaluation des risques économiques est au coeur de l'activité de Credendo, partenaire des entreprises belges à l'étranger. Pour 2022, Pascaline della Faille, Country and Sector Risk Manager chez Credendo, épingle quatre menaces : un ralentissement économique, l'endettement, l'inflation et les tensions géopolitiques.Bien que vigoureuse, grâce notamment aux plans de relance, la reprise économique mondiale reste très inégale. " De nouvelles vagues de la pandémie freineraient inévitablement l'activité économique dans de nombreux pays. Le ralentissement économique de la Chine est aussi à suivre de près, car il affecte ses partenaires commerciaux et les prix des matières premières. "Par ailleurs, la pandémie et les plans de relance ont gonflé les dettes des États et de certaines entreprises privées, ce qui pourrait engendrer des tensions financières, selon Pascaline della Faille. " Les pays émergents sont tout particulièrement exposés. Jusqu'à présent, ils ont bénéficié d'un soutien international avec l'initiative de suspension de la dette pour les pays les plus pauvres. Mais ces mesures sont provisoires. Dans le secteur privé, c'est surtout l'accumulation des dettes dans certains secteurs des services, durement touchés par la crise sanitaire, qui inquiète. "La troisième menace épinglée par la spécialiste de Credendo est l'inflation. "L'envolée des prix engendre une multitude de risques. Primo, la Réserve fédérale américaine y réagit en durcissant sa politique monétaire, ce qui risque de compliquer l'accès au marché des capitaux pour les pays plus fragiles. Secundo, de nombreuses entreprises peinent à relever leurs prix et sont donc directement affectées par le renchérissement des coûts. Et tertio, l'augmentation du coût de la vie est historiquement un important déclencheur de mouvements sociaux. " " Enfin, le quatrième risque à tenir à l'oeil en 2022 est le climat géopolitique, qu'il s'agisse des velléités de la Russie ou des tensions entre la Chine et les États-Unis."