Le 'cloud computing' ou informatique en nuage apparaissait naguère encore comme le Graal des temps modernes. Mais désormais, l'image est plus nuancée. " L'idéal du cloud imaginé par beaucoup voici une décennie ne ressemble que peu à la réalité d'aujourd'hui ", explique Dirk Deridder, directeur opérationnel IT chez Smals. " Il existe désormais de nombreuses déclinaisons, de sorte que l'on ne peut plus vraiment parler de 'cloud'. En outre, rares sont les organisations qui choisissent la technologie pour la technologie. L'évolutivité et la flexibilité ont beau être des concepts commerciaux porteurs, elles doivent également démontrer leur utilité. La migration vers le cloud devrait toujours rester une décision objective basée sur une analyse détaillée de l'ensemble des avantages et inconvénients. "

Dirk Deridder © Jan Locus

Transformer l'obstacle en opportunité

Reste que cette analyse penche toujours plus en faveur des applications cloud. " L'an dernier, l'utilisation du cloud a augmenté de 34% en Europe ", note Mark Phillips, head of multi-cloud services chez Fujitsu EMEA, qui estime que l'argumentaire en faveur du cloud a sensiblement évolué. " Voici deux ans, les organisations considéraient la sécurité comme l'obstacle majeur sur la voie du cloud. Or il s'agit désormais de la deuxième raison majeure pour choisir précisément le cloud. Même le Pentagone a décidé de basculer son infrastructure interne dans le cloud au cours des dix prochaines années, soit un investissement de plusieurs milliards de dollars. "

Mark Phillips © Jan Locus

Dirk Haex, directeur technique chez Belnet, confirme cette évolution sur le terrain. " Les contacts avec nos clients et l'augmentation du trafic sur notre réseau Belnet font apparaître que les services publics et les organismes de recherche et établissements d'enseignement s'adressent toujours plus souvent à des prestataires mondiaux. Pour nos partenaires, il est vital que le trafic de données entre leur infrastructure réseau et les fournisseurs cloud soit fiable, sécurisé et performant. Belnet prend en compte cet aspect en permettant aux universités, hautes écoles et centres de recherche de disposer progressivement d'un accès privé à ces acteurs cloud sans devoir passer par l'intermédiaire de l'internet commercial. Pour ce faire, nous travaillons en étroite collaboration avec le réseau de recherche paneuropéen Géant. A l'avenir, nous entendons d'ailleurs continuer à élargir notre mission de facilitateur et de catalyseur. "

Dirk Haex © Jan Locus

Cloud hybride et multi-cloud

Michel Dalle, solution architect chez Fujitsu, constate que les organisations belges adoptent une position plutôt conservatrice. " La question n'est pas de savoir si le cloud est prêt pour les processus sensibles ", estime-t-il. " La question est plutôt de voir si les processus internes à votre entreprise sont adaptés au cloud. Les organisations évoluent toujours plus vers un modèle hybride combinant une infrastructure IT interne et le cloud. Cette approche mixte offre la flexibilité nécessaire pour gérer les données sensibles et les charges de travail classiques dans l'infrastructure propre ou dans un centre de données local, tout en permettant d'exploiter les ressources du cloud. De plus, il est possible de préparer les applications tournant sur les plateformes internes pour une migration ultérieure vers le cloud. "

Michel Dalle © Jan Locus

Mark Phillips se dit convaincu de la puissance du multicloud, à savoir une solution s'appuyant sur plusieurs infrastructures cloud. C'est ainsi qu'une organisation peut combiner Microsoft Azure et AWS d'Amazon. " La solution cloud parfaite n'existe pas ", affirme-t-il. " Chaque entreprise fonctionne différemment et les flux de données qui circulent dans les organisations sont divers et variés. En associant et en combinant les technologies et services de différents fournisseurs, il est pourtant possible de faire les bons choix. " Toujours selon notre expert, de nombreux facteurs interviennent pour déterminer si une entreprise est prête pour le cloud et quelle est la solution la plus appropriée. " La maturité est cruciale : dans quelle mesure l'organisation et ses collaborateurs sont-ils prêts à basculer leurs données et processus dans le cloud ? Et ces données et processus sont-ils adaptés à cette migration ? Mark Phillips distingue à cet égard les prédateurs des proies. " La transformation numérique affecte tous les secteurs. Vous pouvez être spectateur ou acteur de cette transformation. Chaque organisation a donc tout intérêt à envisager sérieusement une opportunité comme le cloud. "

Stratégie cloud

Lors du développement de nouvelles applications, Smals vérifie systématiquement si le cloud peut offrir des avantages. " La migration de l'ensemble des charges de travail existantes vers le cloud n'offre que peu d'intérêt pour nous ", confie Dirk Deridder. " En outre, pour tirer le profit maximum du potentiel du cloud, nous aurions besoin de connaissances et de compétences spécialisées qui sont plutôt rares pour l'instant. La transformation nécessite du temps dans chaque organisation. " Les partenaires de Smals du secteur social et des services publics attachent beaucoup d'importance à la sécurité et à la confidentialité. Smals opère dès lors dans un cadre confiné qui n'est pas toujours compatible avec le cloud.

© Jan Locus

" Le passage au cloud implique de transformer certains processus organisationnels et métier ", ajoute Dirk Haex. " Selon le cabinet Gartner, plus de 75% des moyennes et grandes entreprises choisiront d'ici 2021 une stratégie de cloud hybride ou de multi-cloud. De nombreuses organisations ont encore pas mal de pain sur la planche à cet égard. " Se tourner vers le cloud implique en tout cas de relever plusieurs défis. Mais moyennant un support adéquat, cette migration peut se traduire par un environnement de travail performant et sécurisé, en prenant comme base le concept de multi-cloud. "

Lisez l'étude de tendance Where is Hybrid Heading? Cliquez ici

Les participants

Dirk Deridder est directeur opérationnel de l'infrastructure IT, des systèmes, des services et du support chez Smals, l'organisation ICT commune aux services publics belges de la sécurité sociale et de la santé publique. Smals est la cheville ouvrière du G-Cloud, la plateforme cloud des services publics fédéraux.

Dirk Haex est directeur technique chez Belnet, le réseau de recherches national belge. Belnet se positionne comme le partenaire privilégié en matière de services de connectivité et de services complémentaires à valeur ajoutée pour l'enseignement supérieur, les centres de recherches et les services publics.

Michel Dalle est solution architect chez Fujitsu et peut faire valoir plus de vingt ans d'expérience dans les applications d'entreprise et les architectures IT pour des clients belges et internationaux.

Mark Phillips est responsable de l'activité multi-cloud de Fujitsu pour la région EMEA. Mark travaille depuis 2007 chez Fujitsu et peut faire valoir plus de vingt ans d'expérience dans le secteur IT et des télécoms.