"Nous voulons avoir la garantie que si un plan tient la route pour un éventuel repreneur, la direction ne ferme pas la porte", explique Stéphane Baudart, permanent SETCa. "Nous voulons aussi montrer qu'après la fermeture de Saint-Gobain Sekurit puis de Saint-Gobain Glass, ce sont aussi des emplois qui disparaîtront à Wavre d'une manière ou d'une autre", ajoute José Berlémont, délégué principal SETCa. Les syndicats devraient être reçus par un comité de direction en matinée, et rencontreront mardi après-midi en région namuroise Agnès Deltenre, porte-parole et représentante de la direction, selon Stéphane Baudart. Les travailleurs et représentants syndicaux vont inviter mardi matin le personnel du siège de Wavre à quitter les locaux. Ils installeront symboliquement une plaque "A vendre" et placeront des chaînes autour du bâtiment pour le fermer symboliquement. Ils distribueront des pommes aux passants car ils en ont marre que "ça soit toujours pour leur pomme". Un conseil d'entreprise extraordinaire est prévu le 24 mars. Les syndicats rencontreront le réviseur d'entreprise et un expert désigné par la Région wallonne pour analyser les alternatives possibles (repreneur ou maintien d'une partie de l'activité). (Belga)

"Nous voulons avoir la garantie que si un plan tient la route pour un éventuel repreneur, la direction ne ferme pas la porte", explique Stéphane Baudart, permanent SETCa. "Nous voulons aussi montrer qu'après la fermeture de Saint-Gobain Sekurit puis de Saint-Gobain Glass, ce sont aussi des emplois qui disparaîtront à Wavre d'une manière ou d'une autre", ajoute José Berlémont, délégué principal SETCa. Les syndicats devraient être reçus par un comité de direction en matinée, et rencontreront mardi après-midi en région namuroise Agnès Deltenre, porte-parole et représentante de la direction, selon Stéphane Baudart. Les travailleurs et représentants syndicaux vont inviter mardi matin le personnel du siège de Wavre à quitter les locaux. Ils installeront symboliquement une plaque "A vendre" et placeront des chaînes autour du bâtiment pour le fermer symboliquement. Ils distribueront des pommes aux passants car ils en ont marre que "ça soit toujours pour leur pomme". Un conseil d'entreprise extraordinaire est prévu le 24 mars. Les syndicats rencontreront le réviseur d'entreprise et un expert désigné par la Région wallonne pour analyser les alternatives possibles (repreneur ou maintien d'une partie de l'activité). (Belga)