Prise sur proposition du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, cette mesure introduit une séparation plus claire entre les rôles de l'Etat en tant qu'actionnaire, décideur politique et régulateur. La centralisation de toutes les participations au sein de la SFPI devrait permettre à l'État de mieux assumer son rôle d'actionnaire, indique un communiqué.

La société assure en permanence une gestion active et un suivi financier de ses participations, et peut jouer un rôle de conseil dans la gestion du portefeuille de l'État. Ce rôle consultatif permet à l'État de prendre des décisions mieux informées concernant ses participations publiques et d'être représenté en étant mieux préparé aux assemblées générales des actionnaires.

La SFPI recevra donc dans les mois et années qui viennent les participations de l'État dans Belfius, BNP Paribas, Ethias, la Loterie, Credendo, Bpost et Proximus, rapportaient vendredi plusieurs médias.

Prise sur proposition du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, cette mesure introduit une séparation plus claire entre les rôles de l'Etat en tant qu'actionnaire, décideur politique et régulateur. La centralisation de toutes les participations au sein de la SFPI devrait permettre à l'État de mieux assumer son rôle d'actionnaire, indique un communiqué. La société assure en permanence une gestion active et un suivi financier de ses participations, et peut jouer un rôle de conseil dans la gestion du portefeuille de l'État. Ce rôle consultatif permet à l'État de prendre des décisions mieux informées concernant ses participations publiques et d'être représenté en étant mieux préparé aux assemblées générales des actionnaires. La SFPI recevra donc dans les mois et années qui viennent les participations de l'État dans Belfius, BNP Paribas, Ethias, la Loterie, Credendo, Bpost et Proximus, rapportaient vendredi plusieurs médias.