"Des expériences similaires de taxes sur les voyages, dans des pays comme les Pays-Bas ou l'Irlande, montrent que le gouvernement mettrait un frein au nombre de visiteurs et, de plus, les taxerait plutôt que de les remercier d'amener du travail dans une région qui a fortement bénéficié du trafic de passagers. Taxer les voyageurs ne dissuade pas de voyager; cela motive simplement ces voyageurs et les transporteurs aériens à choisir des destinations alternatives", déclare Daniel de Carvalho, responsable de la communication chez Wizz Air. Wizz Air effectue des liaisons entre Charleroi et sept destinations européennes (Belgrade, Budapest, Bucarest, Cluj, Ljubljana, Sofia et Varsovie) et a transporté jusqu'à présent plus de 2,7 millions de passagers depuis ou vers l'aéroport wallon. (Belga)

"Des expériences similaires de taxes sur les voyages, dans des pays comme les Pays-Bas ou l'Irlande, montrent que le gouvernement mettrait un frein au nombre de visiteurs et, de plus, les taxerait plutôt que de les remercier d'amener du travail dans une région qui a fortement bénéficié du trafic de passagers. Taxer les voyageurs ne dissuade pas de voyager; cela motive simplement ces voyageurs et les transporteurs aériens à choisir des destinations alternatives", déclare Daniel de Carvalho, responsable de la communication chez Wizz Air. Wizz Air effectue des liaisons entre Charleroi et sept destinations européennes (Belgrade, Budapest, Bucarest, Cluj, Ljubljana, Sofia et Varsovie) et a transporté jusqu'à présent plus de 2,7 millions de passagers depuis ou vers l'aéroport wallon. (Belga)