Tout sur titres-services

Une vaste enquête menée par deux chercheurs de l'UCL sur quatre ans a analysé la qualité d'emploi et la motivation au travail des aides ménagères sous le régime des titres-services. Il en ressort, entre autres, que la qualité d'emploi est assez variable selon les employeurs. Autre constatation: le manque d'opportunités de carrière et d'évolution et les faibles salaires pratiqués dans le secteur.

Bridés par le gouvernement wallon, les titres-services restent un succès. Ils donnent du travail à 40.000 personnes. Mais ils ont un coût: entre 420 et 516 millions d'euros en 2014, soit 3,8% du budget global de la Région wallonne. Le consultant PwC conseille au gouvernement de placer le système sous monitoring, rapporte L'Echo vendredi.

Le nombre de titres-services utilisés a augmenté au premier trimestre 2015 par rapport aux trois premiers mois de 2014, après deux trimestres consécutifs de baisse, ressort-il d'indicateurs trimestriels du marché du travail publiés jeudi par l'Office national de l'emploi (Onem).

En 2014, le nombre de titres-services utilisés en Belgique a diminué de 0,9% par rapport à 2013 et l'achat de titres-services a baissé au cours de la même période de 5,6%, selon les chiffres communiqués mercredi par Federgon, la Fédération des prestataires de services RH. Les diminutions les plus fortes touchent la Wallonie.

Quatre représentants de l'Atout EI, fédération wallonne des entreprises d'insertion, ont remis lundi midi une pétition de 7.685 signatures de clients des titres-services contre la diminution de la déductibilité fiscale des titres-services au chef cabinet adjoint du ministre-président wallon, Paul Magnette, à l'Elysette à Jambes.

Sodexo, la société émettrice des titres-services, a constaté une augmentation des commandes de l'ordre de 50% depuis le début du mois. C'est une conséquence de l'augmentation de leur prix, qui sera effective le 1er janvier, écrit Le Soir mercredi.

L'an dernier, 323 des 2.711 sociétés de titres-services ont dû remettre leur reconnaissance en raison de tricheries. Il s'agit d'un record, selon la Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg qui rapportent l'information ce vendredi.

Les autorités peuvent trouver une occasion d'économies dans les titres-services, ceux-ci pouvant être plus chers. Le gouvernement doit toutefois, dans le même temps, chercher de nouvelles recettes, déclare le président de la CSC dans un entretien au Morgen.