Tout sur MCAS

Le 12 mars 2019, lorsque Dennis Muilenburg téléphone à Donald Trump, son objectif est clair: défendre le 737 MAX, un avion de Boeing dont un des modèles s'est écrasé deux jours plus tôt en Ethiopie, faisant 157 morts et qui vient d'être interdit des espaces aériens chinois et européen.

Boeing était sous pression lundi, en raison de l'accumulation des doutes sur la transparence de l'entreprise après des messages d'un ancien employé faisant état de possibles problèmes du 737 MAX, avant deux accidents qui ont fait 346 morts.

Boeing a commencé à diffuser le 12 septembre des vidéos de 30 secondes chacune dans lesquelles des salariés vantent la sécurité de ses avions, dans l'espoir de rassurer sur le 737 MAX, cloué au sol depuis deux accidents ayant causé la mort de 346 personnes.

Boeing espère toujours un retour en service du 737 MAX, cloué au sol depuis plus de six mois après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, au quatrième trimestre ayant démarré ce mardi, a déclaré un porte-parole.

Boeing est dans la dernière ligne droite pour finaliser les changements exigés afin d'obtenir la levée de l'interdiction de vol frappant le 737 MAX, cloué au sol depuis près de six mois après deux accidents ayant coûté la vie à 346 personnes, selon des sources proches du dossier.

Des pilotes d'American Airlines avaient pressé fin novembre des responsables de Boeing de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris une suspension de vol, pour s'assurer que le 737 MAX était sûr après l'accident d'un appareil de ce type de Lion Air, affirment mardi soir des médias américains.

Des ingénieurs de Boeing avaient identifié, dès 2017, des dysfonctionnements dans les systèmes d'alerte des pilotes du 737 MAX en raison d'une erreur de logiciel, soit un an avant l'accident de Lion Air, a révélé dimanche le constructeur assurant toutefois que les hauts dirigeants n'en avaient rien su jusqu'à la tragédie indonésienne.

Le patron par intérim de l'agence fédérale américaine de l'aviation sera sur des charbons ardents mercredi pour justifier devant le Congrès ses relations étroites avec Boeing, au moment même où le géant aéronautique lancera une offensive de charme pour restaurer la confiance ébranlée par deux catastrophes aériennes qui ont fait 346 morts à quelques mois d'intervalle.

Les Etats-Unis ont-ils été complaisants dans la certification du Boeing 737 MAX ? La question est désormais sur toutes les lèvres après les similitudes évoquées dimanche par les autorités éthiopiennes entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et le drame de Lion Air cinq mois plus tôt.