Tout sur irlande

L'Irlande a levé ce jeudi 4,19 milliards d'euros à 5 et 8 ans pour sa première émission à long terme depuis septembre 2010, selon un communiqué publié par l'agence irlandaise de la dette (NTMA), l'opération ayant également permis d'échanger 1,04 milliard de dette supplémentaire.

Parti voici 30 ans avec un simple prêt, Sean Quinn avait bâti une fortune de 4,7 milliards d'euros. Ruiné par la chute d'Anglo Irish Bank, il a demandé à être placé en faillite.

Le FMI finance à hauteur d'un tiers les programmes de prêts aux pays de la zone euro en grande difficulté. Dominique Strauss-Kahn s'est beaucoup investi, depuis un an et demi, pour les mettre au point... Son inculpation ne devrait pas avoir d'impact, selon la Commission européenne.

L'éclatement de la bulle immobilière est à l'origine de la sévère récession dont sort à peine l'Irlande. Depuis leur pic en 2007, les prix des appartements à Dublin ont perdu 52 %, contre une chute de 45 % pour les maisons. Et ça continue...

Selon un rapport officiel, la crise qui a ravagé le secteur bancaire irlandais et contraint Dublin à négocier un plan de sauvetage international, est la conséquence d'une "folie spéculative nationale" qui a engendré une bulle immobilière.

L'ex-patron d'Allied Irish Banks, remercié après la chute et juste avant la nationalisation en urgence de son institution, aurait perçu au total plusieurs millions d'euros de compensation. Le tollé est général en Irlande.

"L'Irlande réalise de bons progrès pour surmonter la pire crise économique de son histoire récente mais des défis demeurent et la ténacité dans son application sera déterminante", ont assuré le FMI, la Commission européenne et la BCE à l'issue d'une mission à Dublin.

Les tests récemment conduits sur les banques irlandaises conduiront à une augmentation du coût du sauvetage du système financier irlandais pour l'Etat. Cela explique - en partie - la nouvelle dégradation de la notation de l'ex-Tigre celtique par Moody's.

Le sauvetage et, partant, la nationalisation quasiment totale du système bancaire irlandais nécessite 24 milliards d'euros supplémentaires. La Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international approuvent.

Après une déjà coquette perte de 12,7 milliards d'euros en 2009, la banque irlandaise nationalisée Anglo Irish Bank dévoile un trou de 17,7 milliards pour l'an dernier. Et ce, quelques heures à peine avant que la BCE ne livre son verdict sur son stress test.

Hier la Grèce et l'Irlande, aujourd'hui le Portugal, demain... l'Espagne ? Zoom sur ces Etats qui, sous pression des marchés financiers et menacés de faillite, ébranlent l'édifice de la zone euro.

Le succès de l'émission d'obligations par le Fonds européen de stabilité financière, ajouté à celui du Mécanisme européen de stabilité financière, fait dire à Guy Verhofstadt qu'"on a déjà commencé" à faire des euro-obligations sans le dire. Le système est toutefois loin d'être mis en place.

Les gouvernements des 17 pays de la zone euro envisagent de doper le Fonds de secours en augmentant la somme de prêts réelle actuellement de quelque 250 milliards d'euros. Soit en augmentant les garanties de prêts, soit en apportant des "modifications techniques".