Tout sur dexia

"Toutes les entités de Dexia - dont BIL (Banque internationale Luxembourg) et sa filiale Experta qui ont contribué à la création de quelque 1.600 entreprises off shore par l'intermédiaire du cabinet Mossack Fonseca, ndlr -, respectaient les règles en vigueur à l'époque", a affirmé Michèle Colin, responsable de la conformité chez Dexia, devant la commission spéciale de la Chambre consacrée aux Panama Papers.

L'Inspection spéciale des impôts (ISI) savait au moins depuis 2009 que la Banque internationale à Luxembourg (BIL), elle-même filiale du groupe Dexia de 1996 à 2011, logeait parfois des comptes non déclarés au fisc belge, rapportent lundi les journaux Le Soir et De Tijd, qui ont participé avec Mo* et Knack à l'enquête sur la fuite de documents fiscaux "Panama Papers", menée par l'International Consortium of Investigative Journalists.

Le groupe Dexia, en cours de résolution ordonnée depuis la fin 2011 et le rachat par l'État belge de Dexia Banque Belgique -aujourd'hui Belfius-, ne présente "pas de risque d'explosion" et son plan de résolution "est sur la bonne voie", a déclaré mercredi son CEO, Karel De Boeck, lors d'une audition devant la Commission Finances de la Chambre. Le groupe pâtit toutefois de l'environnement de taux d'intérêt au plancher.