Tout sur CCE

Les discussions sur un accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020 semblaient "longues et difficiles" lundi, apprend-on de la table des négociations. Syndicats et patronat sont rassemblés depuis 9h00 au siège de la FEB (Fédération des entreprises de Belgique) à Bruxelles pour négocier la future marge salariale.

Syndicats et employeurs vont se retrouver autour de la table lundi pour tenter une nouvelle fois de s'accorder sur la marge d'augmentation des salaires pour les années 2019 et 2020. Les négociations avaient échoué fin janvier car les syndicats refusaient de limiter la hausse possible à 0,8% (hors indexation). Depuis, le Conseil central de l'Economie (CCE) a réévalué la marge disponible à 1,1%.

L'augmentation salariale réelle de 0,8 % proposée pour 2019-2020 n'a pas l'heur de plaire aux syndicats, qui ont donc décrété une grève nationale ce 13 février. Ils vont jusqu'à réclamer la révision, voire l'abrogation, de la loi relative à la promotion de l'emploi et à la sauvegarde préventive de la compétitivité. Ce qui pourrait mettre en péril l'indexation automatique des salaires.

La concertation entre patrons et syndicats au sein du Groupe des dix a échoué. Les représentants des travailleurs n'acceptent pas la "maigre marge salariale" de 0,8% et "la position rigide des employeurs". Ils ont dès lors décidé de passer à l'action, ont-ils annoncé mardi après avoir consulté leurs instances respectives. La CSC, la FGTB et la CGSLB organiseront une grève nationale le mercredi 13 février, dans tous les secteurs et à travers tout le pays.

Ces deux prochaines années, les salaires belges peuvent augmenter de maximum 0,8% de plus que l'inflation. C'est ce que dit le Conseil Central de l'Économie (CCE). C'est surtout la conséquence des fortes hausses de salaire attendues dans nos pays voisins. Cela limite le risque que les augmentations salariales affectent la position concurrentielle de nos entreprises.

La FGTB va organiser une manifestation le 4 février à Bruxelles pour réclamer davantage de pouvoir d'achat, a indiqué jeudi Werner Van Heetvelde, président de la Centrale générale, dans De Morgen. Le syndicat a confirmé l'action à l'agence Belga mais n'en dévoilera les détails que vendredi.