Tout sur Banque nationale

La pandémie du covid est à peine digérée que l'inflation en forte hausse et l'incertitude concernant la guerre en Ukraine soumettent les banques et les assureurs belges à un nouveau test de résistance. "Cette incertitude, plus grande que jamais, exige une attitude flexible et proactive de la part de nos institutions financières. Ils doivent être capables de calculer et d'absorber des scénarios difficiles", déclare Jean Hilgers, directeur à la Banque nationale chargé de la surveillance du secteur financier.

Les livrets d'épargne belges étaient garnis à hauteur de 296,9 milliards d'euros en avril, selon des statistiques dévoilées vendredi par la Banque nationale de Belgique (BNB). Il s'agit d'un recul de près de 4 milliards d'euros par rapport à mars et de la deuxième baisse d'affilée.

Aucune autre dépense publique n'engloutit plus d'argent que la sécurité sociale. Les politiciens considèrent la préservation de ce système comme l'une des tâches essentielles du gouvernement. Mais les 18,8 milliards d'euros de la facture du vieillissement mettent notre sécurité sociale sous pression. Soit il faut y injecter encore plus d'argent, soit il faut faire des réformes afin de garantir son financement.

De nombreux secteurs sont touchés par la forte hausse des prix de l'énergie, qui a aussi une influence sur les salaires. Mais "peu de secteurs connaissent à la fois un choc énergétique marqué couplé à un choc salarial significatif", ressort-il d'une étude de la Banque nationale, publiée vendredi.