Tout sur Ariane

L'accès à l'espace est moins cher grâce à SpaceX. C'est une bonne nouvelle pour les fabricants de satellites, une moins bonne pour ArianeGroup, le champion européen des lanceurs, devenu moins compétitif et qui doit se réinventer. L'industrie belge est concernée.

L'année 2018 démarre mal pour Ariane 5: les deux satellites de télécommunications lancés jeudi n'ont pas été mis sur la bonne orbite, fait très rare pour la fusée européenne, mais ce loupé devrait pouvoir être rattrapé au moins partiellement.

L'Europe a donné un coup d'accélérateur jeudi en mettant en orbite quatre nouveaux satellites destinés au système européen de navigation Galileo, qui pourrait commencer à devenir opérationnel dès la fin de l'année.

Le lanceur européen Ariane 5 a placé mercredi sur orbite deux satellites de télécommunication, l'un Australien et l'autre Indien, depuis Kourou (Guyane française), un 74e succès d'affilée, qui égale "le record établi par Ariane 4 en 2003", selon Arianespace.

Le 1er septembre, une fusée Falcon 9 de la société SpaceX explosait sur son pas de tir à Cap Canaveral en Floride, lors d'un test moteurs. L'engin a disparu dans une boule de feu, le satellite israélien qu'il contenait a été détruit et le pas de tir a été endommagé. En juin 2015 déjà, une autre Falcon 9 s'était désintégrée en plein vol.

La société liégeoise Safran Aero Boosters (ex-Techspace Aero) a annoncé mercredi la signature d'un important contrat avec Airbus Safran Launchers (ASL) pour le développement d'équipements de régulation - principalement des vannes pour le système de propulsion - de la future fusée européenne Ariane 6, qui va entraîner un quadruplement de la production de ces pièces à Herstal.

Arianespace prévoit de commencer à commercialiser cette année les services de la future fusée Ariane 6, dont le premier tir est prévu à partir de 2020, et le Japon est perçu comme un gros client potentiel, a indiqué mardi à Tokyo son PDG.