Je ne pourrais pas vivre sans champagne ", disait Napoléon avant d'en déboucher une bouteille d'un coup de sabre. " En cas de victoire, je le mérite, et en cas de défaite, j'en ai besoin. "

Cette citation ne fut que l'une des nombreuses pensées qui traversèrent l'esprit de Benoît Gouez lorsque, en vacances à Saint-Tropez, il constata avec horreur que les gens gâchaient son Brut Impérial en le buvant sur glace. Si, généralement, le chef de cave de Moët & Chandon ne se départit pas de sa bonne humeur, là, le champagne lui monta tellement au nez que la terre en trembla jusqu'à Epernay.

Benoît Gouez jeta ses tongs au maquis, embrassa sa femme et ses enfants et sauta dans le premier TGV à destination de la Champagne. Arrivé dans le vaste QG de Moët & Chandon, où la gestion des 28 kilomètres de crayères et du vignoble de 1.150 hectares n'est que l'une de ses nombreuses tâches, il s'isola jusqu'à ce qu'il trouve la réponse à cette question : comment fabriquer du champagne qui ne se gâche pas lorsqu'on y ajoute de la glace ?

Benoît Gouez : " Un brut n'est pas conçu pour être bu sur glace ". Moitié vigneron, moitié scientifique, l'homme passe autant de temps dans les vignobles des grands crus que derrière les murs de son laboratoire. " Les gens consomment, au bord de la piscine, des champagnes qui ne sont pas conçus pour cet usage. La glace dilue le breuvage et en désarticule le goût. Mais je comprends leurs raisons : ils veulent à la fois une boisson rafraîchissante et le caractère chic du champagne. Alors, plutôt que de leur faire la morale, nous avons cherché une solution. "

En 2010, Benoît Gouez et son équipe ont présenté leur innovation au monde : le Moët Ice Impérial, conçu pour être servi sur glace avec un peu de menthe et quelques quartiers de citron vert. " Pur, sans glace, il n'offre même pas vraiment un bon goût. Sa saveur est trop intense, trop riche. Servi sur glace, il trouve toute son harmonie. Pour chaque champagne Moët & Chandon, quel qu'il soit, nous recherchons trois éléments. D'abord, l'aspect fruité prononcé et clair - dans le cas de l'Ice Impérial, ce sont des touches de fruits blancs charnus. Puis une palette séduisante, sans la moindre trace d'acides ou d'agressivité - nous voulons de l'harmonie en bouche. Et enfin, une maturité, une complexité, mais sans excès de puissance. Un goût toujours net et précis : voilà ce que Moët & Chandon recherche dans tous ses champagnes. "

DE LA LIMONADE ROSE, VRAIMENT ?

Benoît Gouez (en haut, à droite) à propos du Moët Ice Impérial Rosé : " Idéal pour un plaisir informel "., Moët & Chandon
Benoît Gouez (en haut, à droite) à propos du Moët Ice Impérial Rosé : " Idéal pour un plaisir informel ". © Moët & Chandon

A la grande surprise de Benoît Gouez, le Moët Ice Impérial fut accueilli avec enthousiasme, y compris par le milieu ô combien conservateur du champagne. Ce à quoi la marque ne s'attendait pas du tout. Ce succès lui donna le courage de développer une version rosée, alors qu'il n'y a pas si longtemps encore - une décennie à peine -, la presse spécialisée qualifiait le champagne rosé de " limonade rose ". Depuis tous les labels ont inclus un rosé dans leur gamme et continuent de développer de nouveaux goûts.

" Il est grand temps de rafraîchir l'image du champagne. Il m'arrive d'ouvrir une bouteille chez moi, en compagnie d'amis, qui me demandent alors s'il y a quelque chose à célébrer. Faut-il vraiment une raison pour boire du champagne ? Il s'agit d'un breuvage savoureux, tout simplement - que l'on fasse donc sauter les bouchons ! Mais il est perçu comme un produit très exclusif. Or il s'agit d'une idée totalement dépassée. Nul besoin de verres parfaits ou de nappes immaculées pour en boire... On peut aussi en savourer dans des circonstances moins formelles. A ce titre, le nouveau Moët Ice Impérial Rosé est idéal. "

Une étude scientifique montre que la couleur rose du champagne induit une sensation gustative plus sucrée.

Le dernier-né de Benoît Gouez possède une saveur plus fruitée, plus riche et plus fraîche que son prédécesseur blanc. Il est aussi moins sucré : son dosage de 38 grammes par litre, contre 45 le Moët Ice Impérial. Et ce, même si cette différence est compensée, semble-t-il, par une subtilité du cerveau humain. " Les chercheurs ont prouvé que la couleur rose du champagne induit une sensation gustative plus sucrée. " L'accent est mis sur les fruits rouges : l'intensité juteuse de la fraise et de la framboise, combinée à des touches subtiles de pêche charnue et à des accents de menthe poivrée. Côté cépages, le Moët Ice Impérial Rosé se compose pour moitié de l'intense pinot noir, pour 30 % de pinot meunier, charnu, et pour 20 % d'élégant chardonnay.

?UN TECHNICIEN D'INTUITION

Moët & Chandon ne veut pas se scléroser dans la tradition., Stephane Cardinale
Moët & Chandon ne veut pas se scléroser dans la tradition. © Stephane Cardinale

" La catégorie des rosés a connu une croissance phénoménale au cours des dernières années. Il est question là d'une autre manière de fabriquer du vin, qui m'intéresse beaucoup. Lorsque je travaillais comme viticulteur débutant dans des pays du Nouveau Monde tels que l'Amérique du Nord, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je n'avais que peu d'estime pour le champagne. Cela me paraissait être une catégorie ennuyeuse, identique d'une année à l'autre. Rien de très amusant, donc. Je n'ai compris l'ampleur de mon erreur que lorsque je suis venu à Epernay. Le champagne offre une diversité énorme - blanc, rosé, non-vintage, vintage, assemblages, blanc de blancs, blanc de noirs, etcetera. "

Mieux que quiconque, Benoît Gouez est capable d'évaluer le potentiel de son vignoble et d'en tirer le maximum, tout en ayant du flair pour pressentir ce que les gens aiment boire. Un technicien qui est aussi proche du monde réel, au-delà des seuls murs de ses chambres de dégustation, ce n'est pas si fréquent. " Il est indispensable d'avoir des antennes. Je pense qu'il est très important pour Moët & Chandon de ne pas se scléroser dans la tradition. Nous évoluons sur une corde raide, entre authenticité et modernité. Il y a certes le vignoble, l'histoire, un patrimoine, un style... mais il nous faut évoluer en phase avec l'époque. " ?

?www.moet.com

TEXTE DIETER MOEYAERT

Je ne pourrais pas vivre sans champagne ", disait Napoléon avant d'en déboucher une bouteille d'un coup de sabre. " En cas de victoire, je le mérite, et en cas de défaite, j'en ai besoin. "Cette citation ne fut que l'une des nombreuses pensées qui traversèrent l'esprit de Benoît Gouez lorsque, en vacances à Saint-Tropez, il constata avec horreur que les gens gâchaient son Brut Impérial en le buvant sur glace. Si, généralement, le chef de cave de Moët & Chandon ne se départit pas de sa bonne humeur, là, le champagne lui monta tellement au nez que la terre en trembla jusqu'à Epernay.Benoît Gouez jeta ses tongs au maquis, embrassa sa femme et ses enfants et sauta dans le premier TGV à destination de la Champagne. Arrivé dans le vaste QG de Moët & Chandon, où la gestion des 28 kilomètres de crayères et du vignoble de 1.150 hectares n'est que l'une de ses nombreuses tâches, il s'isola jusqu'à ce qu'il trouve la réponse à cette question : comment fabriquer du champagne qui ne se gâche pas lorsqu'on y ajoute de la glace ?Benoît Gouez : " Un brut n'est pas conçu pour être bu sur glace ". Moitié vigneron, moitié scientifique, l'homme passe autant de temps dans les vignobles des grands crus que derrière les murs de son laboratoire. " Les gens consomment, au bord de la piscine, des champagnes qui ne sont pas conçus pour cet usage. La glace dilue le breuvage et en désarticule le goût. Mais je comprends leurs raisons : ils veulent à la fois une boisson rafraîchissante et le caractère chic du champagne. Alors, plutôt que de leur faire la morale, nous avons cherché une solution. "En 2010, Benoît Gouez et son équipe ont présenté leur innovation au monde : le Moët Ice Impérial, conçu pour être servi sur glace avec un peu de menthe et quelques quartiers de citron vert. " Pur, sans glace, il n'offre même pas vraiment un bon goût. Sa saveur est trop intense, trop riche. Servi sur glace, il trouve toute son harmonie. Pour chaque champagne Moët & Chandon, quel qu'il soit, nous recherchons trois éléments. D'abord, l'aspect fruité prononcé et clair - dans le cas de l'Ice Impérial, ce sont des touches de fruits blancs charnus. Puis une palette séduisante, sans la moindre trace d'acides ou d'agressivité - nous voulons de l'harmonie en bouche. Et enfin, une maturité, une complexité, mais sans excès de puissance. Un goût toujours net et précis : voilà ce que Moët & Chandon recherche dans tous ses champagnes. "A la grande surprise de Benoît Gouez, le Moët Ice Impérial fut accueilli avec enthousiasme, y compris par le milieu ô combien conservateur du champagne. Ce à quoi la marque ne s'attendait pas du tout. Ce succès lui donna le courage de développer une version rosée, alors qu'il n'y a pas si longtemps encore - une décennie à peine -, la presse spécialisée qualifiait le champagne rosé de " limonade rose ". Depuis tous les labels ont inclus un rosé dans leur gamme et continuent de développer de nouveaux goûts." Il est grand temps de rafraîchir l'image du champagne. Il m'arrive d'ouvrir une bouteille chez moi, en compagnie d'amis, qui me demandent alors s'il y a quelque chose à célébrer. Faut-il vraiment une raison pour boire du champagne ? Il s'agit d'un breuvage savoureux, tout simplement - que l'on fasse donc sauter les bouchons ! Mais il est perçu comme un produit très exclusif. Or il s'agit d'une idée totalement dépassée. Nul besoin de verres parfaits ou de nappes immaculées pour en boire... On peut aussi en savourer dans des circonstances moins formelles. A ce titre, le nouveau Moët Ice Impérial Rosé est idéal. "Le dernier-né de Benoît Gouez possède une saveur plus fruitée, plus riche et plus fraîche que son prédécesseur blanc. Il est aussi moins sucré : son dosage de 38 grammes par litre, contre 45 le Moët Ice Impérial. Et ce, même si cette différence est compensée, semble-t-il, par une subtilité du cerveau humain. " Les chercheurs ont prouvé que la couleur rose du champagne induit une sensation gustative plus sucrée. " L'accent est mis sur les fruits rouges : l'intensité juteuse de la fraise et de la framboise, combinée à des touches subtiles de pêche charnue et à des accents de menthe poivrée. Côté cépages, le Moët Ice Impérial Rosé se compose pour moitié de l'intense pinot noir, pour 30 % de pinot meunier, charnu, et pour 20 % d'élégant chardonnay." La catégorie des rosés a connu une croissance phénoménale au cours des dernières années. Il est question là d'une autre manière de fabriquer du vin, qui m'intéresse beaucoup. Lorsque je travaillais comme viticulteur débutant dans des pays du Nouveau Monde tels que l'Amérique du Nord, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je n'avais que peu d'estime pour le champagne. Cela me paraissait être une catégorie ennuyeuse, identique d'une année à l'autre. Rien de très amusant, donc. Je n'ai compris l'ampleur de mon erreur que lorsque je suis venu à Epernay. Le champagne offre une diversité énorme - blanc, rosé, non-vintage, vintage, assemblages, blanc de blancs, blanc de noirs, etcetera. "Mieux que quiconque, Benoît Gouez est capable d'évaluer le potentiel de son vignoble et d'en tirer le maximum, tout en ayant du flair pour pressentir ce que les gens aiment boire. Un technicien qui est aussi proche du monde réel, au-delà des seuls murs de ses chambres de dégustation, ce n'est pas si fréquent. " Il est indispensable d'avoir des antennes. Je pense qu'il est très important pour Moët & Chandon de ne pas se scléroser dans la tradition. Nous évoluons sur une corde raide, entre authenticité et modernité. Il y a certes le vignoble, l'histoire, un patrimoine, un style... mais il nous faut évoluer en phase avec l'époque. " ? ?www.moet.comTEXTE DIETER MOEYAERT