Ceci dit, "chacun a le droit de s'exprimer; il n'y a pas de délit de parole au sein de la FGTB", a-t-elle ajouté. Dans une carte blanche publiée mardi matin par Le Soir, Francis Gomez, le président de la FGTB Métal Liège-Luxembourg, dénonce notamment "la stratégie de démobilisation des affiliés" pratiquée par les dirigeants du syndicats. "La mobilisation de quelques-uns permet la démobilisation des autres, et donc le passage en douceur, dans les instances de notre syndicat, d'une politique de participation plutôt que de contestation", écrit-il notamment. "C'est cette manière de voir, cette façon de penser que nous devons casser", poursuit-il. "Les décisions se prennent dans des instances démocratiques qui ont réaffirmé, cette semaine encore, la stratégie constructive de la FGTB visant à défendre le pouvoir d'achat", a de son côté rappelé Anne Demelenne. "Chaque syndicaliste, en fonction de la situation, doit à un moment donné faire des choix et prendre des décisions qui sont parfois des compromis", a-t-elle conclu. (THA)

Ceci dit, "chacun a le droit de s'exprimer; il n'y a pas de délit de parole au sein de la FGTB", a-t-elle ajouté. Dans une carte blanche publiée mardi matin par Le Soir, Francis Gomez, le président de la FGTB Métal Liège-Luxembourg, dénonce notamment "la stratégie de démobilisation des affiliés" pratiquée par les dirigeants du syndicats. "La mobilisation de quelques-uns permet la démobilisation des autres, et donc le passage en douceur, dans les instances de notre syndicat, d'une politique de participation plutôt que de contestation", écrit-il notamment. "C'est cette manière de voir, cette façon de penser que nous devons casser", poursuit-il. "Les décisions se prennent dans des instances démocratiques qui ont réaffirmé, cette semaine encore, la stratégie constructive de la FGTB visant à défendre le pouvoir d'achat", a de son côté rappelé Anne Demelenne. "Chaque syndicaliste, en fonction de la situation, doit à un moment donné faire des choix et prendre des décisions qui sont parfois des compromis", a-t-elle conclu. (THA)