RSB Transmissions Belgium est une entreprise qui produit notamment du matériel pour excavatrices et éoliennes. Elle appartenait à un groupe indien depuis 2010. Quelque 70% de ses commandes provenaient de Caterpillar Gosselies (Charleroi), qui a subi une importante restructuration récemment. L'un des éléments de cette nouvelle organisation est l'arrêt des commandes chez RSB au profit d'une extension des activités propres du groupe en Pologne. RSB n'aura pas survécu à ce coup. La production de matériel pour éoliennes, qui avait débuté comme une solution de remplacement, ne se poursuivra pas non plus. Aucun repreneur ou investisseur n'a été trouvé. Le conseil d'administration de l'entreprise en Inde a dès lors demandé à la direction locale de déposer le bilan. Les dettes s'accumulaient depuis des années et chiffraient dans les millions d'euros. Nonante-deux personnes perdent leur emploi par cette faillite. La direction espère que le curateur pourra encore trouver un repreneur, bien que cette perspective semble bouchée. Cette annonce n'est pas vraiment une surprise pour les syndicats. L'entreprise avait récemment vécu de longues périodes de chômage économique. (Belga)

RSB Transmissions Belgium est une entreprise qui produit notamment du matériel pour excavatrices et éoliennes. Elle appartenait à un groupe indien depuis 2010. Quelque 70% de ses commandes provenaient de Caterpillar Gosselies (Charleroi), qui a subi une importante restructuration récemment. L'un des éléments de cette nouvelle organisation est l'arrêt des commandes chez RSB au profit d'une extension des activités propres du groupe en Pologne. RSB n'aura pas survécu à ce coup. La production de matériel pour éoliennes, qui avait débuté comme une solution de remplacement, ne se poursuivra pas non plus. Aucun repreneur ou investisseur n'a été trouvé. Le conseil d'administration de l'entreprise en Inde a dès lors demandé à la direction locale de déposer le bilan. Les dettes s'accumulaient depuis des années et chiffraient dans les millions d'euros. Nonante-deux personnes perdent leur emploi par cette faillite. La direction espère que le curateur pourra encore trouver un repreneur, bien que cette perspective semble bouchée. Cette annonce n'est pas vraiment une surprise pour les syndicats. L'entreprise avait récemment vécu de longues périodes de chômage économique. (Belga)