En termes diplomatiques, on appelle ça la realpolitik : deux rivaux historiques qui finissent par s'allier pour mieux résister à un plus gros ennemi commun. Et c'est exactement ce que viennent de faire les groupes Figaro et Le Monde en créant une plateforme commerciale unique pour contrer la mainmise de Facebook et Google sur le marché de la publicité en ligne. Baptisée Skyline, cette place de marché garantit concrètement aux annonceurs une cible potentielle de 35 millions de visiteurs par mois sur un ensemble de sites premium - lemonde.fr, lefigaro.fr, telerama.fr, linternaute.fr, etc. - grâce ...

En termes diplomatiques, on appelle ça la realpolitik : deux rivaux historiques qui finissent par s'allier pour mieux résister à un plus gros ennemi commun. Et c'est exactement ce que viennent de faire les groupes Figaro et Le Monde en créant une plateforme commerciale unique pour contrer la mainmise de Facebook et Google sur le marché de la publicité en ligne. Baptisée Skyline, cette place de marché garantit concrètement aux annonceurs une cible potentielle de 35 millions de visiteurs par mois sur un ensemble de sites premium - lemonde.fr, lefigaro.fr, telerama.fr, linternaute.fr, etc. - grâce à une mise en commun des espaces commerciaux disponibles. Avec ce nouvel outil qui vise à l'harmonisation des formats et des tarifs pour une meilleure efficacité publicitaire en termes d'impact, les groupes Figaro et Le Monde lancent un signal fort aux annonceurs et aux agences médias. Sur le marché de la pub en ligne, deux géants américains trustent en effet l'essentiel (68%) des revenus en France : Facebook pour le social media et Google pour le search (les liens sponsorisés via les moteurs de recherche). S'estimant lésés et surtout menacés dans un monde où la publicité sur mobile explose, les éditeurs de presse qui proposent aussi une offre en ligne n'ont donc plus d'autre choix que de résister, s'allier et surtout innover en développant une offre pertinente et de qualité aux annonceurs désireux de toucher les bonnes cibles. En France, ce vieil adage selon lequel l'union fait la force n'a toutefois pas encore été pleinement intégré car deux initiatives similaires ont émergé à seulement quelques jours d'intervalle. A côté de la plateforme Skyline développée par les groupes Figaro et Le Monde, une quinzaine d'autres éditeurs et de médias français - Lagardère Active, Les Echos, L'Equipe, Sud Ouest, Challenges, etc. - ont également lancé leur projet Gravity visant cette fois à cumuler et à croiser les données des utilisateurs pour mieux rivaliser avec les géants du Net dans le domaine de la publicité en ligne. Certes, les deux démarches sont différentes (Le Monde et Le Figaro ont choisi d'unir leurs forces sans toutefois partager leurs données respectives), mais elles témoignent malgré tout d'une volonté affichée d'entrer en résistance contre les puissants Facebook et Google. Chez nous, cette volonté des marques de presse de s'allier pour mieux reprendre en main leur inventaire publicitaire est effective depuis quelques semaines déjà. Ainsi, en avril dernier, l'association professionnelle belge des éditeurs en ligne (OPPAB) - qui regroupe Rossel, IPM, L'Avenir, Mediahuis, Roularta, etc. - a également lancé sa propre place de marché commune, Mobile Premium, qui permet d'atteindre 2,3 millions d'utilisateurs sur des sites d'info belges de qualité. Objectif : proposer une vraie alternative locale aux annonceurs curieux avec un produit publicitaire inédit axé sur le mobile dont le succès ne fait que croître au fil des mois. Là aussi, la realpolitik a fini par triompher...