Le secteur de la pharmacie répond, en effet, à l'Ordre des pharmaciens, lequel ne voit pas la publicité pour les pharmacies d'un très bon oeil et freine le développement de leurs activités en ligne, au nom de la déontologie. Le pharmacien ne pouvant s'apparenter à un commerçant traditionnel. D'ailleurs, NewPhar...

Le secteur de la pharmacie répond, en effet, à l'Ordre des pharmaciens, lequel ne voit pas la publicité pour les pharmacies d'un très bon oeil et freine le développement de leurs activités en ligne, au nom de la déontologie. Le pharmacien ne pouvant s'apparenter à un commerçant traditionnel. D'ailleurs, NewPharma a déjà eu maille à partir avec l'Ordre et une affaire est pendante devant les tribunaux belges pour l'achat, par la société, de mots-clés publicitaires ( adwords) sur le moteur de recherche de Google. Une pratique bien connue des sites d'e-commerce et qui représente encore à ce jour le principal budget marketing (des dizaines de milliers d'euros mensuels) de NewPharma. Mais Jérôme Gobesso, cofondateur de l'entreprise, assume pleinement ce spot télé : " Nous voulons faire passer le message que les pharmacies en ligne reconnues sont légales et proposent les mêmes produits que dans les officines ". Le patron entend aussi se mettre sur un pied d'égalité avec certains concurrents. " Dès lors qu'ils ne sont pas belges, nos concurrents peuvent faire de la pub télé puisqu'ils ne relèvent pas de l'Ordre des pharmaciens ". Et, bien sûr, NewPharma veut doper des activités déjà en forte croissance. La société revendique pas moins de 150 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 63 millions d'euros pour 2017. Soit, selon elle, une croissance de... 45 % par rapport à 2016.