C'est dans un gigantesque concert de klaxons que plusieurs dizaines de tracteurs sont arrivés sur la place du Luxembourg, située en face du Parlement européen. Le reste des tracteurs étant rassemblés au parc du Cinquantenaire. "Aujourd'hui, de très nombreuses fédérations sont présentes: allemande, hollandaise, polonaise, française, espagnole, danoise, irlandaise" a commenté Anton Sidler, agriculteur normand et membre de l'EMB. Pour Erwin Schöpges, président de la branche belge de l'EMB, "il est temps que l'union européenne défende les agriculteurs et les consommateurs, et non plus les gros industriels. C'est pour cela que nous sommes réunis à Bruxelles." Les producteurs laitiers belges ont aussi fait le déplacement. "On ne sait vraiment plus s'en sortir. Nous sommes obligés de faire de l'élevage, nous ne pouvons pas nous diversifier. La terre n'est pas cultivable chez nous", ont expliqué Ghislain et Benoît, fermiers en région vierviétoise. "En soirée, les agriculteurs pourront directement parler aux eurodéputés pour les sensibiliser aux problèmes du secteur lors d'un débat sous le chapiteau installé place du Luxembourg", a précisé M. Schöpges. (PVO)

C'est dans un gigantesque concert de klaxons que plusieurs dizaines de tracteurs sont arrivés sur la place du Luxembourg, située en face du Parlement européen. Le reste des tracteurs étant rassemblés au parc du Cinquantenaire. "Aujourd'hui, de très nombreuses fédérations sont présentes: allemande, hollandaise, polonaise, française, espagnole, danoise, irlandaise" a commenté Anton Sidler, agriculteur normand et membre de l'EMB. Pour Erwin Schöpges, président de la branche belge de l'EMB, "il est temps que l'union européenne défende les agriculteurs et les consommateurs, et non plus les gros industriels. C'est pour cela que nous sommes réunis à Bruxelles." Les producteurs laitiers belges ont aussi fait le déplacement. "On ne sait vraiment plus s'en sortir. Nous sommes obligés de faire de l'élevage, nous ne pouvons pas nous diversifier. La terre n'est pas cultivable chez nous", ont expliqué Ghislain et Benoît, fermiers en région vierviétoise. "En soirée, les agriculteurs pourront directement parler aux eurodéputés pour les sensibiliser aux problèmes du secteur lors d'un débat sous le chapiteau installé place du Luxembourg", a précisé M. Schöpges. (PVO)