Les institutions européennes viennent de taper deux fois sur les doigts de notre pays. Tout d'abord, la Commission européenne dans son rapport annuel sur les États membres. La Belgique traîne à mettre en oeuvre les réformes socio-économiques que l'Europe lui enjoint d'adopter et ne soumet pas sa politique budgétaire à un contrôle suffisamment rigoureux. Les investissements publics sont structurellement insuffisants depuis de nombreuses années et les dépenses excessives. En outre, la commission spéciale TAX3 du Parlement européen a explicitement cité la Belgique parmi les pays qui présentent certaines caractéristiques d'un paradis fiscal. "Présenter la Belgique comme un paradis fiscal est tiré par les cheveux", déclare Steven Vanden B...