Par ailleurs, à eux seuls, quatre groupes étrangers ont diminué les capitaux de leurs filiales locales de 78,7 milliards d'euros. Il s'agit du sidérurgiste ArcelorMittal (-35,5 milliards), du pétrolier britannique BP (-27 milliards), du géant néerlandais de l'électronique Philips (-15 milliards) et du sidérurgiste italien Riva (-2 milliards). L'Echo précise que ces filiales, qui sont toutes des banques internes, avaient semble-t-il entre autres pour objet de recourir massivement au système des intérêts notionnels. Dans le Top 10 des plus grosses augmentations de capital, six opérations au moins seraient motivées par les intérêts notionnels, d'après le quotidien. Il s'agit de la filiale du groupe pharma français Sanofi European Treasury Center, de la filiale de l'énergéticien norvégien Statoil Coordination Center, de celle de l'Allemand Volkswagen, d'EDF Investissements Groupe, de Total Finance Global Services et de LVMH Finance Belgique. (CHN)

Par ailleurs, à eux seuls, quatre groupes étrangers ont diminué les capitaux de leurs filiales locales de 78,7 milliards d'euros. Il s'agit du sidérurgiste ArcelorMittal (-35,5 milliards), du pétrolier britannique BP (-27 milliards), du géant néerlandais de l'électronique Philips (-15 milliards) et du sidérurgiste italien Riva (-2 milliards). L'Echo précise que ces filiales, qui sont toutes des banques internes, avaient semble-t-il entre autres pour objet de recourir massivement au système des intérêts notionnels. Dans le Top 10 des plus grosses augmentations de capital, six opérations au moins seraient motivées par les intérêts notionnels, d'après le quotidien. Il s'agit de la filiale du groupe pharma français Sanofi European Treasury Center, de la filiale de l'énergéticien norvégien Statoil Coordination Center, de celle de l'Allemand Volkswagen, d'EDF Investissements Groupe, de Total Finance Global Services et de LVMH Finance Belgique. (CHN)