"Aujourd'hui, les États membres ont confirmé une nouvelle fois que la possession d'un certificat covid numérique de l'UE en cours de validité devrait en principe être suffisante pour voyager pendant la pandémie", a commenté le commissaire à la Justice et la commissaire à la Santé Stella Kyriakides.

La recommandation n'est pas contraignante, mais "il importe que les États membres assurent le suivi de cet accord et mettent en oeuvre sans délai les règles convenues", ajoutent le Belge et la Chypriote. Ils soulignent l'importance d'une coordination étroite au niveau de l'UE, non seulement pour le fonctionnement du marché unique, mais en particulier pour apporter de la clarté et de la sécurité aux personnes qui voyagent dans l'Union.

"Le variant Omicron s'est désormais propagé dans toute l'Europe et le moment est venu de réfléchir à la levée des mesures supplémentaires en matière de voyage, qu'un certain nombre d'États membres ont mises en place ces dernières semaines et qui rendent les déplacements plus compliqués et moins prévisibles dans l'UE", exhortent-ils.

Interrogé sur ce point, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune, qui préside ce semestre le Conseil des ministres des Affaires européennes de l'UE, réuni ce mardi à Bruxelles, n'a pas pu garantir que les États ayant adopté des restrictions supplémentaires les lèveront.

"Aujourd'hui, les États membres ont confirmé une nouvelle fois que la possession d'un certificat covid numérique de l'UE en cours de validité devrait en principe être suffisante pour voyager pendant la pandémie", a commenté le commissaire à la Justice et la commissaire à la Santé Stella Kyriakides. La recommandation n'est pas contraignante, mais "il importe que les États membres assurent le suivi de cet accord et mettent en oeuvre sans délai les règles convenues", ajoutent le Belge et la Chypriote. Ils soulignent l'importance d'une coordination étroite au niveau de l'UE, non seulement pour le fonctionnement du marché unique, mais en particulier pour apporter de la clarté et de la sécurité aux personnes qui voyagent dans l'Union. "Le variant Omicron s'est désormais propagé dans toute l'Europe et le moment est venu de réfléchir à la levée des mesures supplémentaires en matière de voyage, qu'un certain nombre d'États membres ont mises en place ces dernières semaines et qui rendent les déplacements plus compliqués et moins prévisibles dans l'UE", exhortent-ils. Interrogé sur ce point, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune, qui préside ce semestre le Conseil des ministres des Affaires européennes de l'UE, réuni ce mardi à Bruxelles, n'a pas pu garantir que les États ayant adopté des restrictions supplémentaires les lèveront.