Annoncée à grand renfort de publicité au cours de l'été 2020, le changement de nom du parti socialiste flamand a failli virer au cauchemar. Le premier à ouvrir les hostilités a été le centre culturel gantois Vooruit, un monument au propre comme au figuré dans la cité des Comtes, avec lequel un compromis à la belge a finalement été trouvé.

Le bâtiment (historique) continuera à s'appeler Vooruit mais le centre culturel qu'il abrite est devenu Voo? Uit. Le coût de ce rebranding a été partiellement assumé par le sp.a/Vooruit selon un accord négocié en tout discrétion. A quelle hauteur? "Moins de 100.000 euros", selon la presse flamande. Ce premier obstacle levé, il restait encore à vaincre la coalition des listes locales porteuses du même nom.

Vooruit signifiant "en avant", le slogan est en effet aussi porteur que répandu. D'où le mécontentement de nombre de listes locales qui, fièrement, l'affichaient. Quatre irréductibles - les Vooruit de Tirlemont, Coxyde, Courtai et Zwevegem - ont finalement saisi le tribunal d'entreprise de Bruxelles afin que les socialistes flamands se choisissent un autre nom sous peine d'une astreinte pouvant atteindre 25.000 euros par jour. Peine perdue. Le sp.a avait en effet eu la prudence d'enregistrer le premier l'appellation et, observe le tribunal, des partis locaux n'étant pas des entreprises, ces derniers ne peuvent invoquer la législation relative aux pratiques du marché. Tous devront dès lors trouver une nouvelle appellation d'ici 2024 lorsque, partout en Flandre, les sections locales du parti socialiste iront aux élections en tant que Vooruit.

Fin de l'histoire? Pas nécessairement, soutient Els Moyen, porte-parole du parti d'opposition Tienen Vooruit! désormais officiellement confronté à Vooruit Tienen. "Le Bureau européen des marques doit encore se prononcer", affirme-t-elle.

Annoncée à grand renfort de publicité au cours de l'été 2020, le changement de nom du parti socialiste flamand a failli virer au cauchemar. Le premier à ouvrir les hostilités a été le centre culturel gantois Vooruit, un monument au propre comme au figuré dans la cité des Comtes, avec lequel un compromis à la belge a finalement été trouvé. Le bâtiment (historique) continuera à s'appeler Vooruit mais le centre culturel qu'il abrite est devenu Voo? Uit. Le coût de ce rebranding a été partiellement assumé par le sp.a/Vooruit selon un accord négocié en tout discrétion. A quelle hauteur? "Moins de 100.000 euros", selon la presse flamande. Ce premier obstacle levé, il restait encore à vaincre la coalition des listes locales porteuses du même nom. Vooruit signifiant "en avant", le slogan est en effet aussi porteur que répandu. D'où le mécontentement de nombre de listes locales qui, fièrement, l'affichaient. Quatre irréductibles - les Vooruit de Tirlemont, Coxyde, Courtai et Zwevegem - ont finalement saisi le tribunal d'entreprise de Bruxelles afin que les socialistes flamands se choisissent un autre nom sous peine d'une astreinte pouvant atteindre 25.000 euros par jour. Peine perdue. Le sp.a avait en effet eu la prudence d'enregistrer le premier l'appellation et, observe le tribunal, des partis locaux n'étant pas des entreprises, ces derniers ne peuvent invoquer la législation relative aux pratiques du marché. Tous devront dès lors trouver une nouvelle appellation d'ici 2024 lorsque, partout en Flandre, les sections locales du parti socialiste iront aux élections en tant que Vooruit. Fin de l'histoire? Pas nécessairement, soutient Els Moyen, porte-parole du parti d'opposition Tienen Vooruit! désormais officiellement confronté à Vooruit Tienen. "Le Bureau européen des marques doit encore se prononcer", affirme-t-elle.