"Le projet a débuté sur base d'un inventaire établi en 2007. Au total, 239 points de travail avaient été identifiés le long de la frontière franco-belge. Six ans plus tard, 40% d'entre eux ont été réalisés", a souligné le président de Belgacom. "Mais il y a encore du travail, notamment en matière de distance ressentie entre les villes, qui est nettement plus élevée que la distance réelle."

De nombreux efforts ont été faits pour rapprocher Wallons, Flamands et Français, poursuit M. De Clerck, qui cite en exemple la connexion des routes cyclistes de Wallonie picarde, la publication du guide de voyage Lonely Planet, l'organisation d'événements culturels tels que le Next festival et la mise en place de collaborations entre la Kulak de Courtrai, l'UCL de Mons (ex-FUCaM) et l'Université Lille Nord de France.

"Le projet a débuté sur base d'un inventaire établi en 2007. Au total, 239 points de travail avaient été identifiés le long de la frontière franco-belge. Six ans plus tard, 40% d'entre eux ont été réalisés", a souligné le président de Belgacom. "Mais il y a encore du travail, notamment en matière de distance ressentie entre les villes, qui est nettement plus élevée que la distance réelle." De nombreux efforts ont été faits pour rapprocher Wallons, Flamands et Français, poursuit M. De Clerck, qui cite en exemple la connexion des routes cyclistes de Wallonie picarde, la publication du guide de voyage Lonely Planet, l'organisation d'événements culturels tels que le Next festival et la mise en place de collaborations entre la Kulak de Courtrai, l'UCL de Mons (ex-FUCaM) et l'Université Lille Nord de France.