L'impact de cette augmentation fait l'objet d'une surveillance mensuelle de l'administration, notamment pour ses répercussions sur les volumes et recettes de boissons alcoolisées. "Cette étude permettra d'établir si une révision des taux d'accises est nécessaire ou non", selon M. Van Overtveldt (N-VA), qui répondait à une question du député Ahmed Laaouej (PS).

Sudpresse fait état d'une note interne établissant, fin octobre, un manque à gagner de 116,52 millions d'euros de recettes dans ce secteur. Les recettes sur le tabac diminuent aussi, avec une baisse de 2,89 millions d'euros, sous l'influence de la baisse des ventes.

Dans sa réponse au député Laaouej, M. Van Overtveldt rappelle que la hausse des accises avait un objectif budgétaire, sans mettre en péril la viabilité économique du secteur. "L'argument d'augmenter le prix de l'alcool dans un souci de santé publique a disparu du discours", note Sudpresse.