L'économie américaine a détruit 36.000 postes de travail de plus qu'elle n'en a créés en février, a indiqué le ministère.

Cela représente une hausse de 38,5% des pertes d'emplois par rapport à janvier, mais le nombre de licenciements nets est moins fort que ne le craignaient les analystes, qui les estimaient à 67.000, selon leur consensus médian.

Le taux de chômage du pays est resté stable à 9,7%, indique le ministère, alors que les analystes prévoyaient qu'il remonterait à 9,8%.

Les tempêtes de neige qui ont paralysé pendant plusieurs jours des régions entières du nord-est du pays ne semblent pas avoir eu l'effet désastreux annoncé par certains économistes qui avaient parlé de 120.000 destructions d'emplois ou d'une remontée du chômage à 10%.

Le ministère indique néanmoins que, pour des raisons techniques, il lui est impossible de déterminer précisément l'effet des chutes de neige sur les chiffres de l'emploi de février, et laisse entendre que le nombre des destructions du mois pourraient être revu en hausse en mars.

Trends.be, avec Belga

L'économie américaine a détruit 36.000 postes de travail de plus qu'elle n'en a créés en février, a indiqué le ministère. Cela représente une hausse de 38,5% des pertes d'emplois par rapport à janvier, mais le nombre de licenciements nets est moins fort que ne le craignaient les analystes, qui les estimaient à 67.000, selon leur consensus médian. Le taux de chômage du pays est resté stable à 9,7%, indique le ministère, alors que les analystes prévoyaient qu'il remonterait à 9,8%. Les tempêtes de neige qui ont paralysé pendant plusieurs jours des régions entières du nord-est du pays ne semblent pas avoir eu l'effet désastreux annoncé par certains économistes qui avaient parlé de 120.000 destructions d'emplois ou d'une remontée du chômage à 10%. Le ministère indique néanmoins que, pour des raisons techniques, il lui est impossible de déterminer précisément l'effet des chutes de neige sur les chiffres de l'emploi de février, et laisse entendre que le nombre des destructions du mois pourraient être revu en hausse en mars. Trends.be, avec Belga