La majorité républicaine de la Chambre a adopté des mesures qui financeraient l'Etat fédéral jusqu'au 15 décembre, reporteraient d'un an l'application de la réforme du système de santé de Barack Obama, et supprimeraient une taxe sur les équipements médicaux créée par cette loi. Le texte amende le projet de budget temporaire adopté vendredi par le Sénat.

Un second texte devait être adopté dans la foulée par la Chambre pour garantir aux militaires américains qu'ils seront payés dans l'éventualité d'une fermeture partielle des agences fédérales à partir de mardi.

Le projet de loi de finance devrait être rejeté par le Sénat, contrôlé par les démocrates, selon leur chef Harry Reid. La Maison Blanche a également annoncé que le président Barack Obama opposerait son veto à ce texte.

Les deux chambres du Congrès doivent s'accorder d'ici lundi 23h59, fin de l'exercice budgétaire 2013. La situation semblait inextricable et de nombreux élus prédisaient en conséquence une paralysie gouvernementale à partir de mardi matin. "La Chambre et le Sénat sont comme deux locomotives qui foncent l'une vers l'autre... au ralenti", a écrit sur Twitter le représentant républicain Scott Rigell.

La majorité républicaine de la Chambre a adopté des mesures qui financeraient l'Etat fédéral jusqu'au 15 décembre, reporteraient d'un an l'application de la réforme du système de santé de Barack Obama, et supprimeraient une taxe sur les équipements médicaux créée par cette loi. Le texte amende le projet de budget temporaire adopté vendredi par le Sénat. Un second texte devait être adopté dans la foulée par la Chambre pour garantir aux militaires américains qu'ils seront payés dans l'éventualité d'une fermeture partielle des agences fédérales à partir de mardi. Le projet de loi de finance devrait être rejeté par le Sénat, contrôlé par les démocrates, selon leur chef Harry Reid. La Maison Blanche a également annoncé que le président Barack Obama opposerait son veto à ce texte. Les deux chambres du Congrès doivent s'accorder d'ici lundi 23h59, fin de l'exercice budgétaire 2013. La situation semblait inextricable et de nombreux élus prédisaient en conséquence une paralysie gouvernementale à partir de mardi matin. "La Chambre et le Sénat sont comme deux locomotives qui foncent l'une vers l'autre... au ralenti", a écrit sur Twitter le représentant républicain Scott Rigell.