"Alors que chaque année, les bénéfices augmentent chez bpost, l'entreprise refuse d'aligner le salaire de ces nouveaux auxiliaires sur ceux de leurs collègues. Ces facteurs low cost - qui sont près de 5.000 - gagnent 10,5 euros brut de l'heure, ce qui est 63 fois moins que ce que touche Johnny Thijs", l'administrateur délégué de bpost, dénonce notamment la CSC dans un tract diffusé au sein de l'entreprise publique.

"Nous voulons vraiment attirer l'attention du public sur le sort de ces travailleurs, dont le salaire n'évolue pas avec l'ancienneté et qui ne bénéficient pas des mêmes avantages que les autres postiers", a encore indiqué André Blaise.

Dans ce contexte, la CSC a déposé un préavis de grève et passera à l'action dès la semaine prochaine.

"Alors que chaque année, les bénéfices augmentent chez bpost, l'entreprise refuse d'aligner le salaire de ces nouveaux auxiliaires sur ceux de leurs collègues. Ces facteurs low cost - qui sont près de 5.000 - gagnent 10,5 euros brut de l'heure, ce qui est 63 fois moins que ce que touche Johnny Thijs", l'administrateur délégué de bpost, dénonce notamment la CSC dans un tract diffusé au sein de l'entreprise publique. "Nous voulons vraiment attirer l'attention du public sur le sort de ces travailleurs, dont le salaire n'évolue pas avec l'ancienneté et qui ne bénéficient pas des mêmes avantages que les autres postiers", a encore indiqué André Blaise. Dans ce contexte, la CSC a déposé un préavis de grève et passera à l'action dès la semaine prochaine.