L'absentéisme de longue durée a continué d'augmenter cette année, c'est ce qu'il ressort des derniers chiffres de Securex que relaient Le Soir et De Morgen mardi. En 2013, la hausse avait même atteint 14% mais au deuxième trimestre de l'année passée, cette hausse a été presque endiguée.

La suppression du jour de carence (le premier jour de maladie des ouvriers, qui n'était pas payé) n'a pas entraîné une hausse importante de l'absentéisme des ouvriers comme le craignaient les employeurs, selon Securex. Le secrétariat social note toutefois une petite différence "significative" en ce qui concerne l'absentéisme de courte durée.

Le coût de l'absentéisme chez les ouvriers pour les entreprises est en augmentation de 2%, ajoute encore le secrétariat social.

L'absentéisme de longue durée a continué d'augmenter cette année, c'est ce qu'il ressort des derniers chiffres de Securex que relaient Le Soir et De Morgen mardi. En 2013, la hausse avait même atteint 14% mais au deuxième trimestre de l'année passée, cette hausse a été presque endiguée. La suppression du jour de carence (le premier jour de maladie des ouvriers, qui n'était pas payé) n'a pas entraîné une hausse importante de l'absentéisme des ouvriers comme le craignaient les employeurs, selon Securex. Le secrétariat social note toutefois une petite différence "significative" en ce qui concerne l'absentéisme de courte durée. Le coût de l'absentéisme chez les ouvriers pour les entreprises est en augmentation de 2%, ajoute encore le secrétariat social.