Les taux proposés pour cette émission (1% pour le bon d'Etat à 5 ans et 1,85% pour le bon d'Etat à 8 ans) étaient particulièrement faibles. Quelque 600 personnes y ont tout de même souscrit, a précisé l'Agence de la dette. Pour rappel, les "bons Leterme" avaient rapporté, à la fin de l'année 2011, 5,72 milliards d'euros. L'émission de décembre 2012, elle, n'avait déjà permis de récolter que 14,4 millions d'euros.

Les bons d'Etat restent toutefois un produit financier sûr pour les particuliers, a indiqué Jean Deboutte, directeur de la stratégie à l'Agence. "La crise nous a appris qu'il est important de posséder un portefeuille le plus large possible. En outre, les bons d'Etat disposent d'une renommée importante", a ajouté le responsable.

Enfin, selon ce dernier, la faiblesse des rentrées liées aux bons d'Etat n'est pas un problème . "Avec les mêmes taux, les obligations linéaires nous ont récemment permis de lever 5 milliards d'euros", a conclu M. Deboutte.

Les taux proposés pour cette émission (1% pour le bon d'Etat à 5 ans et 1,85% pour le bon d'Etat à 8 ans) étaient particulièrement faibles. Quelque 600 personnes y ont tout de même souscrit, a précisé l'Agence de la dette. Pour rappel, les "bons Leterme" avaient rapporté, à la fin de l'année 2011, 5,72 milliards d'euros. L'émission de décembre 2012, elle, n'avait déjà permis de récolter que 14,4 millions d'euros. Les bons d'Etat restent toutefois un produit financier sûr pour les particuliers, a indiqué Jean Deboutte, directeur de la stratégie à l'Agence. "La crise nous a appris qu'il est important de posséder un portefeuille le plus large possible. En outre, les bons d'Etat disposent d'une renommée importante", a ajouté le responsable. Enfin, selon ce dernier, la faiblesse des rentrées liées aux bons d'Etat n'est pas un problème . "Avec les mêmes taux, les obligations linéaires nous ont récemment permis de lever 5 milliards d'euros", a conclu M. Deboutte.