Le pillage de milliards de dollars du fonds souverain 1MDB, censé contribuer au développement économique de la Malaisie, a débouché sur un vaste scandale, de multiples enquêtes judiciaires et contribué à la chute l'an dernier de l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak, inculpé pour corruption.

"Nous prévoyons de récupérer au moins 270 millions de ringgits (65 millions de dollars)" avec cette procédure, a indiqué Latheefa Koya, la nouvelle responsable de l'agence anti-corruption à des journalistes dans la capitale administrative Putrajaya.

La procédure de confiscation de biens acquis frauduleusement, qui dispense l'agence d'engager un procès, vise 41 entités et individus en Malaisie.

Les fonds versés venaient d'un compte en banque local lié à l'ex-Premier ministre et ont été destinés notamment à des bureaux de l'Organisation nationale unifiée malaise (UMNO), le parti de rajib Razak, ainsi qu'à d'autres partis de sa coalition, des organisations caritatives et des individus, a indiqué la responsable.

A ce jour, quelque 919 millions de ringgits (220 millions de dollars) détournés du fonds 1MDB ont été récupérés, dont des sommes importantes à l'étranger, a-t-elle précisé.

Le mois dernier, quelque 57 millions de dollars issus de la société ayant produit "Le loup de Wall Street" avec Leonardo DiCaprio ont ainsi été transférés à la Malaisie après un accord avec le gouvernement américain.

Au total, Kuala Lumpur voudrait recouvrir près de 5 milliards de dollars d'actifs à l'étranger issus du pillage du fonds, a précisé Azam Baki, un responsable de l'agence anti-corruption.

Depuis sa chute du pouvoir en mai 2018, Najib Razak fait l'objet de multiples poursuites judiciaires et comparaît devant la justice depuis le mois d'avril dans l'un des volets du vaste scandale.

L'ex-Premier ministre, qui se dit innocent des accusations à son égard, est en liberté sous caution.

Le pillage de milliards de dollars du fonds souverain 1MDB, censé contribuer au développement économique de la Malaisie, a débouché sur un vaste scandale, de multiples enquêtes judiciaires et contribué à la chute l'an dernier de l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak, inculpé pour corruption."Nous prévoyons de récupérer au moins 270 millions de ringgits (65 millions de dollars)" avec cette procédure, a indiqué Latheefa Koya, la nouvelle responsable de l'agence anti-corruption à des journalistes dans la capitale administrative Putrajaya.La procédure de confiscation de biens acquis frauduleusement, qui dispense l'agence d'engager un procès, vise 41 entités et individus en Malaisie.Les fonds versés venaient d'un compte en banque local lié à l'ex-Premier ministre et ont été destinés notamment à des bureaux de l'Organisation nationale unifiée malaise (UMNO), le parti de rajib Razak, ainsi qu'à d'autres partis de sa coalition, des organisations caritatives et des individus, a indiqué la responsable.A ce jour, quelque 919 millions de ringgits (220 millions de dollars) détournés du fonds 1MDB ont été récupérés, dont des sommes importantes à l'étranger, a-t-elle précisé.Le mois dernier, quelque 57 millions de dollars issus de la société ayant produit "Le loup de Wall Street" avec Leonardo DiCaprio ont ainsi été transférés à la Malaisie après un accord avec le gouvernement américain.Au total, Kuala Lumpur voudrait recouvrir près de 5 milliards de dollars d'actifs à l'étranger issus du pillage du fonds, a précisé Azam Baki, un responsable de l'agence anti-corruption.Depuis sa chute du pouvoir en mai 2018, Najib Razak fait l'objet de multiples poursuites judiciaires et comparaît devant la justice depuis le mois d'avril dans l'un des volets du vaste scandale.L'ex-Premier ministre, qui se dit innocent des accusations à son égard, est en liberté sous caution.